Conscience phonologique – décomposer un mot en phonèmes

Un des prérequis à l’écriture de mots (à l’aide ou non d’un alphabet mobile, en écriture spontanée ou à l’aide de dictées muettes) est de savoir décomposer un mot en phonèmes (sons). 

Les enfants aiment beaucoup le jeu « Parler comme un robot » et certains le font même spontanément quand ils sont en pleine phase d’explosion du langage (c’est à ce moment que vous observez vos enfants jouer avec la langue, trouver des similarités entre les mots, créer des rimes : « Papa c’est comme caca … »)

Pour ceux qui ne déclenchent pas seuls cette décomposition, j’ai créé un petit jeu sous forme d’œil de lynx.

Je vous conseille de bien vous entraîner, vous, les parents, à décomposer ces noms en phonèmes avant de jouer à ce jeu avec vos enfants.

J’ai choisi des mots courts pour le premier jeu 😉

Téléchargement

Robot lynx 1

 


 

Conscience phonologique – phonème commun

Voici un petit jeu qui consiste à trouver le phonème commun entre plusieurs illustrations. Il peut se proposer en deux étapes.

Préparation ; 

  • Découpez les cadres verts.
  • Découpez les étiquettes phonèmes, pliez-les en deux et collez-les.

Etape 1 : Conscience phonologique

  • Dire le nom des illustrations plusieurs fois, trouver le phonème que ces noms ont en commun.
  • Inspirez vous de ces exercices pour en créer d’autres avec de petits objets.

Etape 2 : Correspondance phonème/graphème, une fois que les digrammes sont maîtrisés séparément

  • Quand l’enfant connaît la correspondance phonème/graphème des premiers digrammes, vous pouvez lui proposer de trouver celui qui correspond à la série.
  • Étalez toutes les étiquettes digrammes. Montrez à votre enfant où poser l’étiquette digramme : sur la case point d’interrogation.
  • Dites-lui qu’il peut se corriger en retournant l’étiquette, le dessin doit correspondre.

Même phonème

Téléchargement

Phonème commun


 

Conscience phonologique – rimes

Je me lance dans une série de petits documents autour de la conscience phonologique. Même si je préfère proposer les mises en paires avec de vrais objets, je suis bien consciente que tout le monde n’a pas ma collection. Je vous propose ici 4 petits jeux autocorrectifs à imprimer en recto-verso.

Comment les introduire ?

  • Commencez par parler autour des images avec votre enfant, pour vérifier qu’il connait bien le vocabulaire.
  • Dans la foulée, ou une fois le vocabulaire acquis, passez à la mise en paires. Pour ça, étalez toutes les étiquettes. Choisissez une étiquette, énoncez son nom sans l’article : ruban. Insistez sur la fin du mot : ruban – an. Dites à l’enfant : « Je vais chercher l’étiquette qui rime avec ruban, l’étiquette dont le nom se termine aussi par an. Volcan – an/ ruban – an : c’est le même son, ça rime. » Posez l’étiquette volcan à côte de l’étiquette ruban.
  • Si votre enfant éprouve des difficultés, aidez-le en énonçant le nom d’une étiquette et demandez-lui si ça rime ou pas : volcan- an/roi-oi, ca rime ? Continuez avec l’étiquette suivante jusqu’à trouver la bonne.
  • Montrez à l’enfant comment se corriger en retournant les étiquettes, si l’étoile est de la même couleur, c’est gagné, sinon, mettez de côté les étiquettes qui ne sont pas de la même couleur et proposez-lui de recommencer.

Quand votre enfant est à l’aise, mélangez les séries 🙂

Téléchargement

Rimes série 1

Rimes série 2

Rimes série 3

Rimes série 4

 


 

Survivre confinés avec vos enfants ? Mettre en place une routine :)

Suite à une publication récente sur ma page Facebook, et puisque vous me l’avez demandé, je vous délivre ici notre routine journalière.

Le message de ma page :

Vous allez tous vivre quasi confinés avec vos enfants, avec interdiction de demander de l’aide à vos parents, frères et sœurs, amis pour s’en occuper. Pas de relais éducatif. Vous allez vous retrouver face à eux. Tout le temps. Et vous ne l’avez pas choisi.
Je comprends que vous puissiez péter un boulon…

Mais ayez confiance. Petit à petit, vous trouverez une solution qui mène à l’équilibre (même si parfois je la cherche encore).
Notre longue expérience avec nos enfants (5 ans pour les aînés, depuis toujours pour Lulu) me permet de vous rassurer et de vous donner des pistes :

– Ayez confiance en eux, ils sont créatifs. Ils vont trouver comment s’occuper sans vous de longues heures à condition que vous réguliez les écrans.
– Proposez-leur un environnement adapté, c’est à dire des jeux qui correspondent à leur envie/besoin du moment (coin arts plastiques, coin construction…) Faites tourner les jeux tous les 2/3 jours pour les plus petits.
– Proposez-leur une activité dans la journée où vous serez 100% avec eux : un jeu de société, une recette de cuisine.
– Prévoyez un temps d’aération dans un parc, forêt, jardin (sans regroupement d’enfants évidemment).
– Prévoyez l’heure du temps d’écran (tablette ou télé) et sa durée.

Vous allez petit à petit mettre en place une routine et trouver l’équilibre. Un peu de tout, rien de trop. Vous n’avez pas à les sur-occuper toute la journée.

Voici notre routine journalière, un peu bousculée aussi car nous n’avons plus, ni musique, ni sport, ni anglais, ni possibilité d’aller à la bibliothèque, chez des amis … Cette routine n’est en aucun cas un modèle, elle est à adapter en fonction de vous et de vos enfants. Cependant, ce qu’il faut retenir, c’est qu’effectivement, il faut en mettre une en place pour survivre ! Sous forme papier, dans un premier temps, jusqu’à ce qu’elle se mette en place naturellement. Et évolutive, à rediscuter chaque semaine si on voit que ça coince. Mais on a tous besoin de repères temporaux, adultes comme enfants !

Le matin

Nous mettons le réveil à 8h30 afin de pouvoir commencer à travailler en gros à 10h (oui, ils sont lents, mais la slow life, c’est good !) Ils passent par la salle de bain puis vont déjeuner tour à tour pendant que je m’occupe de la maison (aération, ménage du haut). Le dernier qui passe à la salle de bain descend le linge et lance une machine 🙂 Le premier qui descend ouvre toutes les fenêtres/volets du salon.

Après le petit déjeuner, ils se brossent les dents, s’occupent de leurs chambres (lits, rangement) et se mettent au travail (de 10h à 13h en général, nous avons une longue plage de travail sans pause, avec l’habitude, mais ça, ça risque de ne pas fonctionner chez vous !). Pendant ce temps, je fais du rangement en bas (cuisine, toilettes, aspirateur …)

  • Numéro 1 (4ème) travaille seule à son bureau, elle vient me voir seulement si ça coince. Je fais un point avec elle après une nouvelle leçon pour vérifier la compréhension. Elle a un plan de travail à la semaine.
  • Numéro 2 (6ème) a aussi un plan de travail à la semaine, mais comme il est dys, je m’occupe beaucoup de lui en français.
  • Numéro 3 (Ce2) a un plan de travail à la journée. Souvent les deux petits travaillent sur des notions en commun ensemble.

Ils ont chacun leur espace de travail et ils se déplacent si besoin pour me voir (parce que j’en ai marre de bouger !) Cette autonomie a été longue à mettre en place. Soyez patients ! Vous avez tout votre temps !

L’après-midi

On déjeune vers 13h. Souvent je prépare à manger pendant que la plus petite travaille à côté de moi dans la cuisine.

Après le déjeuner, ils font souvent de la musique puis, soit ils travaillent si leur plan de travail de la semaine n’a pas trop avancé, soit ils vaquent à leurs occupations (lecture, jeux, bricolage, écriture d’article, Légo …). C’est le moment où je travaille. De 14h à 16h30 environ, jusqu’à ce que mon mari rentre du travail. Notre rituel est de goûter ensemble.

Après le goûter, avant, nous avions un tas de cours de musique, de sport, tous les jours ! Il va falloir réinventer ce temps. Et surtout je vais devoir éviter de le combler moi-même par trop de travail. J’ai déjà pensé à occuper ce temps (environ 16h30/18h) en prenant un vrai temps familial de plaisir et de partage avec :

  • sortir faire du vélo, marcher en forêt,
  • faire un jeu de société,
  • travailler dans le jardin,
  • peindre …

La fin de journée

A 18h, ils ont un temps d’écran, qui, s’il était fortement limité avant, va forcément augmenter dans les jours à venir, rien que pour maintenir le contact avec les amis à l’extérieur. Cependant, je vais veiller à équilibrer ça dans la journée. C’est le moment où je continue à travailler (oui, encore !)

Nous préparons ensuite le repas (je pense qu’on va établir un tour de rôle avec chaque fois un enfant qui nous aide, parce que nous avions l’habitude de manger souvent à l’extérieur) et « profiter » de cette crise pour autonomiser encore plus nos enfants. Pendant ce temps, les personnes libres font leur toilette à tour de rôle et se mettent en pyjama.

Après le repas, nos enfants vont souvent dans leurs chambres pour lire ou, en ce moment, faire des Légos et écrire des textes. On garde les films du soir pour le mardi, vendredi et samedi seulement. Je continue à travailler à ce moment-là aussi (oui, encore, encore !). On leur demande d’éteindre vers 22h.

 

Bref pour survivre : 

  • mettez VOTRE routine en place,
  • soyez disponible mais pas à disposition de vos enfants,
  • misez sur la collaboration pour les repas, le rangement de la maison, le ménage, l’élaboration des menus …
  • ne vous mettez pas la pression pour les apprentissages (mais ça, ça fera l’objet d’un autre article avec des ressources et des idées …),
  • profitez de cette crise pour retrouver un rythme naturel, ce qui sera possible seulement en limitant les écrans …
  • (et puis, buvez un apéro de temps en temps hein … !)

 

Si on y parvient depuis tant d’années (certes en buvant beaucoup d’apéros), pourquoi pas vous ? Il va nous rester à organiser nos week-ends … Trouver comment occuper deux jours où ne travaillons pas sans pouvoir sortir, inviter nos amis et famille, et en évitant de passer notre temps sur Netflix ou à travailler … Des idées ?

Orthographier les adverbes en -ment/-emment/-amment

Voici un document comprenant une séquence complète autour de l’orthographe de l’adverbe en -ment/-emment/-amment (ceux qu’on ne sait jamais écrire, vous savez !)

Ils sont destinés à des enfants de cycle 3 et de collège, mais vous pouvez les utiliser avant si votre enfant est prêt, commence à se poser des questions sur l’orthographe … Vous pouvez aussi choisir de ne faire que la première activité de vocabulaire dans un premier temps.

Il s’agit d’un matériel que j’ai créé de toute pièce et qui n’a jamais été testé, j’attends donc vos retours !

Téléchargement

Du nom à l’adverbe cursive

Du nom à l’adverbe script