Lulu’s mud kitchen

C’est en suivant la page facebook Let the children play que j’ai découvert il y a un moment déjà le concept de Mud kitchen. La Mud kitchen, c’est tout simplement une cuisine extérieure, faite de bric et de broc. La cuisine de boue permet à l’enfant d’explorer toutes les ressources du jardin pour créer de nombreuses recettes venant de son imagination. La mud kitchen entretient les facultés créatives et sensorielles des plus jeunes, et des plus grands ! Quel plaisir de pouvoir patouiller sans avoir peur de salir la maison ! Le net regorge d’articles et d’idées sur le sujet, notamment ici ou encore là.

IMG_20180414_173756.jpg

Lire la suite de « Lulu’s mud kitchen »

Fibres et filage

Une amie qui m’envoie des échantillons de fibres, une autre qui me propose un atelier filage … Extra ! Un chouette travail qui s’annonçait !

Depuis notre sortie aux Vieux métiers d’Azannes, les enfants avaient très envie d’apprendre à filer … et comme une amie, Flora, qui a des mains de fée et qui avait filé/tricoté mon châle de mariage, possède rouets et compagnie, le tour était joué ! Il suffisait de trouver une date …  !

Lire la suite de « Fibres et filage »

La rainbow bottle

Zoé voulait absolument que j’achète de petites fioles pour compléter son attirail d’Harry Potter, et manifestait l’envie de réaliser des potions. J’avais vu tourner il y a quelques temps sur mes pages américaines préférées, la recette de la rainbow bottle, alors zou, aussitôt les bouteilles achetées, aussitôt les potions réalisées !

Et qui dit rainbow bottle dit forcément approche sensorielle des densités, et du vocabulaire miscibilité/non miscibilité … Et forcément, une belle activité de vie pratique de transvasement …

Le but est d’empiler plusieurs liquides aux densités différentes afin qu’ils se superposent sans se mélanger. Le plus dense et visqueux est en bas, le plus léger et volatile en haut.

Nous avons donc choisi, après essais :

  • une couche violette composée de glycérine et de colorants alimentaires bleus et rouges (mais tout autre liquide visqueux convient : miel, caramel …),
  • une couche bleue composée de liquide vaisselle vert et de colorants alimentaires bleus,
  • une couche verte composée d’eau colorée en vert (colorants jaunes + bleus),
  • une couche d’huile végétale colorée en jaune avec des colorants miscibles dans l’huile (colorants pour chocolat), mais vous pouvez choisir de l’huile d’olive qui vous donnera une couleur jaune/verte sans avoir à la colorer,
  • une couche d’alcool (ici à brûler mais attention, très volatile et toxique, tout autre alcool fera l’affaire), coloré en rouge,
20160518_190012
Les plus jeunes peuvent facilement réaliser cette expérience …
20160518_191807
Il faut veiller à bien faire couler les liquides le long des parois pour ralentir le débit et éviter qu’ils ne se mélangent entre eux …

Le résultat est spectaculaire !

20160518_19161820160518_19300620160518_193020

Chromatographie

Les couleurs … ce sujet tourne un peu en boucle en ce moment à la maison, elles ont fait l’objet de nombreux articles à relire ici :

Cette fois-ci, au lieu de composer les couleurs, nous avons tenté de les dé-composer, en utilisant un procédé très simple qu’est  la chromatographie, une technique physique de séparation d’espèces chimiques. J’ai connu cette technique grâce à mon amie Charlotte, qu’elle expliquait dans un très bel article ici.

Pour rendre l’activité ludique, j’ai décidé d’y associer l’art, et de créer de magnifiques pétales de fleurs grâce à ce procédé, et, pendant ce moment ludique, d’insérer quelques pistes scientifiques, et un espèce de protocole expérimental.

C’est très simple : on coupe des cercles dans du papier absorbant, on le décore aux feutres, on le trempe dans l’eau. Par capillarité, l’eau se répand et sépare les couleurs !

Dans un premier temps, on pose les cercles mouillés sur un plateau :

Fleurs chromato.jpg

Avant de les faire sécher sur Madame la Pieuvre :

Fleurs chromato 2

Pendant le séchage, nous avons testé plusieurs expériences afin de décomposer les couleurs secondaires, à l’aide d’un filtre à café et de feutres. Sur une bande de papier, on trace un trait avec la couleur que l’on veut décomposer, à environ 2 cm du bord inférieur. On place le filtre dans un verre dont le niveau d’eau ne dépasse pas 1 cm. Par capillarité, les couleurs se décomposent. Ici, nous avons testé les couleurs secondaires et une tertiaire, ainsi que le noir. Nous y reviendrons plus attentivement quand nous aurons des filtres blancs, et nous testerons différents feutres, ils ne fonctionnent pas tous équitablement.

Le soir même, les cercles ont fini sur table lumineuse ! Un vrai régal pour les yeux !

table lumineuse chromatographie

Et le lendemain, ils ont fini en bouquet !

 

 

 

 

Couleurs-lumières et couleurs-matières

Depuis un certain moment, nous expérimentons à la maison autour de la lumière. J’ai tenté de rendre nos découvertes un peu plus formelles et de proposer un cadre scientifique, le côté sensoriel ayant déjà été beaucoup travaillé.

Voici les documents à partir desquels nous travaillons : 

Pour le matériel nécessaire : 

Nos expérimentations :

Ici, on revoit le mélange des couleurs, et on aborde les notions de couleurs primaires, secondaires, et tertiaires. On avait déjà expérimenté sur le sujet de nombreuses fois, comme ICI et ICI.

Lumières et couleurs (3)

Un autre jour, nous nous demandons quand avons déjà vu le spectre lumineux : à Prague, quand un camion pulvérisait de l’eau pour nous rafraîchir, en Allemagne, quand nous avions photographié des arcs-en-ciels, et également à la maison, à travers nos suncatchers.

 

12459906_10207793499293931_834882532_n

Nous tentons de reproduire une décomposition de la lumière avec un récipient et de l’eau, avec un boule en verre, avec un prisme …

Nous observons grâce au spectroscope l’ordre des couleurs de l’arc-en-ciel, et parlons de longueurs d’ondes. La plus longue est le rouge, raison pour laquelle c’est la couleur qui se situe au dessus dans un arc-en-ciel (on vérifie avec le matériel Grimm’s) :

arc-en-ciel-grand

Un autre jour, nous décidons de jouer avec les couleurs-lumières, de les associer entre elles. Nous nous rendons compte que les mélanges lumineux produisent des couleurs différentes des mélanges issus des couleurs-matières.

Enfin, nous regardons de très près l’écran de notre vieille télévision pour voir que tous les pixels sont bleus, verts ou rouges.

Il nous reste beaucoup d’expériences à réaliser autour de la lumière, nous allons notamment reprendre les notions de sténopé entrevues l’an dernier lors de l’éclipse partielle de Soleil, puis nous jouerons avec les ombres et avec les trajets lumineux !

En attendant, les enfants s’amusent à créer des spectres lumineux un peu partout dans la maison, avec mes bijoux ! Milo a même découvert qu’un de ses crayons de papier, décoré par une petit pierre taillée, pouvait décomposer la lumière (ça a donné un : « Maman, vite, vraiment, faut que tu viennes voir ça, dépêche-toi … ! à 22h …, dans son lit !).