Pétition « Pour le maintien des droits à l’instruction en famille »

Parce je voudrais continuer à croire que l’Etat me fait confiance
sur la façon dont j’élève mes enfants,
sur les décisions que je prends concernant leur santé, leur éducation,

Parce mes enfants voudraient comprendre pourquoi l’Etat n’a pas confiance
en leur formidable capacité à apprendre naturellement,

Parce je voudrais continuer à croire que les valeurs que ma maman m’a enseignées :
Liberté, Egalité, Fraternité,
ne sont pas que des mots que l’on balance sur des bâtiments
pour se persuader qu’ils ont encore du sens,

Parce que je voudrais que chaque famille, même si elle ne se sent pas encore concernée, puisse un jour faire le choix de souffler, se poser,
pour repartir de bon pied,

Parce que, plus généralement, et là, vous êtes tous concernés,
je voudrais continuer à croire que j’ai encore la possibilité dans ma vie,
dans mon pays,
de faire des choix.

 Pour que vive la liberté, merci de signer cette pétition
dont je suis co-signataire et de la partager largement.

Cliquez juste en-dessous

Libres d’école

J’avais envie de vous parler ce matin d’un chouette podcast sorti il y a peu. Ce projet, mon amie Charlotte l’avait depuis longtemps. Le discours sur les séparatismes et l’annonce du projet de loi qui vise la suppression du droit à instruire ses enfants en famille l’ont poussée à mettre son projet en oeuvre plus tôt. 

Un podcast est un contenu audio numérique. Ici, plusieurs podcasts sont regroupés autour d’un thème : l’école à la maison.

Dans ce podcast, Charlotte tend son micro à des familles « célèbres » en IEF mais aussi à des familles moins connues des réseaux sociaux qui partagent leurs vies avant autant de ferveur et de passion. 

Charlotte prend beaucoup de plaisir à leur donner la parole, avec la bienveillance, la douceur, l’intelligence et le non-jugement qui la caractérisent. 

Le tout est très professionnel et très agréable à écouter.

Accéder au podcast Libres d'école
L'épisode 2 est consacré à notre famille, venez écouter mon témoignage 🙂

Le podcast est disponible sur plusieurs plateformes, dont Anchor et Spotify. Vous le trouverez facilement en tapant dans Google « Podcast Libres d’école ». Il est gratuit et peut être écouté d’un ordinateur ou à partir d’une application sur smartphone. Il occupe désormais mes trajets en voiture !

Un compte Instagram au nom de Libres d’école a également été ouvert.

N’hésitez pas à réagir en commentaire.

Touche pas à mon IEF

Où en seraient nos enfants, dans leurs vies, sans ce choix d’IEF que nous avons fait ?

Numéro 1, sortons les gros mots : « haut potentiel hétérogène » …
Non adaptée au système scolaire en maternelle et en primaire.
5 ans d’IEF pour lutter contre son angoisse du groupe, son angoisse de la compétition scolaire, pour lui donner la force de supporter le bruit et la lumière vive, pour lui donner suffisamment de confiance pour se battre pour ses idées sans remettre en cause l’enseignant.
Bah oui, un enfant HP, ça remet tout en question tout le temps, ça ressent tout 1000 fois plus que les autres, c’est souvent doté d’une forte paranoïa, et ça a même des difficultés scolaires, sans parler des difficultés sociales !

5 ans d’IEF et nous observons le succès de son retour au collège : altruisme et aide aux autres versus esprit de compétition, combat pour ses idées sans impertinence, autonomie versus prise en charge.

Mais si elle avait passé ces 5 dernières années à l’école, où en serait-elle actuellement ?

Numéro 2, sortons les gros mots : « dysorthographie et atteinte de toutes les mémoires » …
Peu adapté au système scolaire en maternelle.
5 ans d’IEF pour découvrir ses troubles et y remédier sans passer par la case MDPH et AVS (qui, de toutes façons, lui serait refusée). 5 ans de formation de mon côté pour l’aider dans son quotidien et ses apprentissages. 5 ans pour le préparer à un retour au collège, 5 ans pour le rendre autonome avec ses outils, 5 ans pour le préparer à la défaillance du système éducatif (nous savons très bien qu’aucune adaptation ne sera faite au collège, ou alors, des broutilles : du temps en plus pour passer son brevet …)

Et s’il avait passé ces 5 dernières années à l’école, où en serait-il actuellement ?

Numéro 3, sortons les gros mots : « n’a jamais été testée puisque nous refusons maintenant toute démarche psychologique intrusive destinée à étiqueter nos enfants et à rentrer dans le moule. »
Nos buts : l’adapter en douceur au cadre. Ne pas lui couper les ailes dans sa formidable capacité à apprendre et à s’émerveiller du monde. Lui laisser le temps d’explorer ses multiples compétences.

Et si elle avait passé ces 5 dernières années à l’école, où en serait-telle actuellement ?

Et nous, leurs parents, où en serions-nous ? Je connais la réponse : moi, chez le psy, et nous, divorcés !

On nous dit souvent : « Oh, comme ils s’entendent bien ! Oh, ils sont merveilleux ces enfants ! Oh, qu’ils sont altruistes ! Oh qu’ils sont spéciaux ! Oh, quelle chance vous avez d’avoir ces enfants ! »


Nous n’avons pas de la chance, nous avons œuvré pour notre équilibre familial en faisant un choix : celui de l’IEF ! Il y a autant de raisons de choisir l’IEF que de familles qui pratiquent l’IEF.

 

#touchepasamonief

Des nouvelles

Bonjour à tous, lecteurs de ce blog !

Non, je ne vous oublie pas. Non, je n’ai pas disparu. Mes journées sont intenses depuis la rentrée ! Je passe en coup de vent sur le blog pour vous donner quelques nouvelles.

Mon aînée a repris le chemin de l’école, direction 3ème dans un collège public. Je l’accompagne au quotidien pour l’aider à « devenir » élève. Elle a très vite pris le pli et a déjà fait sa place 🙂 Toutes ces années d’IEF lui ont permis d’acquérir une forte confiance en elle et beaucoup d’autonomie dans son travail. On se fait petit à petit à l’idée que oui, il y aura des interros tous les jours de la semaine et que ce pays a décidemment l’évaluïte aigüe !

Les petits (enfin, tout est relatif, ils ont désormais 8 et 12 ans), sont toujours en IEF, niveau CM1 et 5ème adaptée. Je leur consacre mes matinées. Tout roule, aucun soucis (ouf !), je vous parlerai dans un futur article (comprendre, quand j’aurai le temps), des divers outils que j’utilise au quotidien (mais pour ça, je préfère de petites vidéos rapides sur ma page Facebook ou mon compte Insta).

De mon côté, les journées sont très chargées. Beaucoup de projets d’écriture sont en cours, une formation également, deux accompagnements pédagogiques individuels qui me prennent beaucoup de temps, la confection des dossiers pédagogiques. Je passe aussi beaucoup de temps à répondre à vos interrogations au quotidien. Je pense toutefois à m’accorder au quotidien des pauses, et ça, c’est bien nouveau.

J’espère que, de votre côté, la rentrée s’est bien passée, que vous n’êtes pas trop ennuyés par les protocoles en place et que vous êtes tous en bonne santé.

 

Homophones, choisir entre é/er/ez !

Un petit travail nécessaire en ce moment pour Luce (c’est ce qui se dégage de ses dictées quotidiennes et de ses écrits). Ces homophones, quel casse-tête !

Je lui ai préparé des cartapinces que je vous propose en téléchargement.

Téléchargement

Cartapinces é er ez