Adapter la posture de son enfant pour les temps d’écriture

Lors d’un live sur ma page hier, aidée par Lulu, j’ai parlé posture, surtout dans le but de vous montrer que les règles pour l’adapter sont simples, et qu’en général, vous avez tout ce qu’il faut à la maison. 

Trop souvent, les enfants sont installés comme sur ces quelques photos : la table est beaucoup trop haute pour eux, et leurs pieds ne reposent pas à plat sur un support non mobile. (J’ajoute que j’ai trouvé très facilement sur ma banque d’images de nombreuses photos d’enfants mal installés, cependant, toutes les photos avec des adultes au travail sont correctes !)

Comment mobiliser le haut de son corps pour écrire quand les bras sont complètement bloqués et que le bas du corps n’est pas stable ? 

Vous les voyez, ces élèves qui enroulent leurs pieds autour de la chaise, qui les balancent dans le vide, qui mettent un pied sous les fesses, qui ont des problèmes d’écriture. Alors oui, les réflexes archaïques sont sans doute en jeu pour certains, mais, si on commençait par les installer correctement afin de lever les premières difficultés ?

Pour tout parent ou adulte travaillant avec des enfants,
deux règles simples à retenir ! 

Quand l’enfant est assis sur sa chaise,
bras le longs du corps,
la hauteur de la table doit concorder
avec le pli de son coude.

Quand l’enfant est assis,
pendant les temps d’écriture,
ses pieds doivent reposer à plat
sur un support non mobile.

Dans ce live, je vous transmets quelques astuces
pour adapter la posture

Et ici, quelques liens de solutions simples à adopter 
(pour lesquelles je ne suis absolument pas sponsorisée !)

Quand les parents d’ados me demandent quel bureau acheter, je leur conseille sans hésiter le bureau assis/debout de chez Ikea réglable par manivelle. Pour les plus petits, je les questionne sur ce qu’ils ont à la maison, et la plupart du temps, ils ne pensent pas à leurs petites tables, les pensant inadaptées. N’hésitez pas à les ressortir, vous serez surpris. Souvent, elles conviennent au moins jusqu’au CE2.

Bureau assis debout
Bureau réglable
La célèbre Mammut

Si votre enfant travail sur la table de la cuisine ou de la salle à manger, ressortir ou investir dans une chaise haute peut être une solution. La Tripp Trapp est ultra réglable et tout-en-un, siège et repose-pieds compris. Ikea vend aussi des chaises hautes intéressantes, non réglables, mais qui conviennent parfois, même si elles nécessitent l’utilisation d’un repose-pieds. Utiliser la barre pour y caler ses pieds n’est pas une solution posturale convenable pour écrire.

Mesurez la hauteur de votre table et allez tester en magasin 😉

Chaise INGOLF
Chaise URBAN

Parfois aussi, il ne manque que quelques centimètres pour adapter la hauteur, dans ce cas, un coussin ferme peut convenir.

Enfin, une fois le problème de la hauteur d’assise réglé, il vous faut trouver une solution pour que les pieds reposent à plat. Faites le tour de votre intérieur, bassine à linge, caisse curver, caisse de légumes en carton … peuvent parfaitement convenir.

Si vous souhaitez investir dans du tout fait, Ikea, encore une fois, peut être une solution. Avant de filer au magasin, mesurez la hauteur à combler entre le sol et les pieds de votre enfant.

Marchepied TROGEN
Marchepied BOLMEN
Repose-pieds OVNING

Si vous souhaitez investir dans une nouvelle installation complète, que ce soit un bureau ou une petite table, votre enfant doit vous accompagner impérativement. N’hésitez pas à tester de nombreuses chaises et repose-pieds afin de trouver la solution la plus ergonomique possible, en gardant les deux règles d’installation en tête.

Une page se tourne …

Après 6 ans d’IEF, mes enfants ont tous choisi d’être rescolarisés. Mon aînée a rejoint les bancs de l’école depuis septembre avec succès. Elle a intégré une classe de 3ème dans notre collège de secteur et a parfaitement géré son année. C’était son choix : passer le brevet en étant « coachée ». Pari réussi, une moyenne extraordinaire toute l’année et beaucoup de sérieux et de maturité. Elle a quasiment fait l’unanimité auprès de ses profs, elle a été élue déléguée, elle s’est battue pour s’intégrer, elle a joué au caméléon. Je la trouve apaisée, bien dans ses baskets, même si c’est compliqué pour elle de gérer ses hypersensorialités, et de survivre dans une classe constituée principalement de machos. Elle a fait sa place, en féministe qu’elle est ! 

La petite a rejoint la classe de Cm1 du village pour la dernière période de l’année. C’était son choix également. Elle a voulu tester pour voir ce que c’était, et malgré les contraintes, les devoirs, les méthodes très éloignées de ce qu’elle a connu pendant ses 8 années premières années de vie (elle n’avait jamais été scolarisée), elle a choisi d’y rester : apprendre seule était devenu trop contraignant pour elle, elle aime vivre en groupe. Elle passe donc en Cm2 l’an prochain, avec une année d’avance. Les débuts n’ont pas été simples. Elle a dû faire sa place. Elle a dû réussir à gérer la fatigue, le bruit, elle a dû accepter les « normes » de l’école. Et moi, j’ai grincé des dents … mais je n’ai rien dit. Personne n’a le droit de s’opposer à son projet de scolarisation !

Mon moyen (qui a poussé comme un champignon) a terminé l’année à la maison sans stress (entendez par là, doucement le matin, pas trop vite l’après-midi). Il a choisi d’être rescolarisé à la rentrée avec un maintien en 5ème (au vue de ses difficultés, nous avons préféré demander un maintien plutôt qu’une prise en charge MDPH, travaillant avec des élèves en grandes difficultés, je sais combien il est difficile d’obtenir des adaptations). Il est prêt, mon loulou. Il est autonome, il a retrouvé beaucoup d’aisance à l’oral comme à l’écrit, sa mémoire est quasi fonctionnelle, son écriture est au top, ça va le faire, j’en suis sûre. Sa praticienne en réflexes l’accompagne pour gérer le petit stress de la rentrée et j’ai adapté mon temps de travail l’an prochain pour être présente pour lui après les cours

Nombreux sont ceux qui me demandent comment je gère ce retour à l’école de mes enfants.

Le plus merveilleusement du monde ! J’ai gagné mon pari : les armer suffisamment pour qu’ils affrontent le système avec le recul nécessaire, les équiper du sens de l’humour, de la critique et de l’effort (bon ok, ça dépend des jours !), d’une bonne culture générale. Ils ont compris qu’on n’attendait pas d’eux une réussite scolaire mais humaine, ils n’ont donc aucune pression au niveau des résultats et travaillent pour eux-mêmes. 

6 ans, j’aurai eu besoin de 6 ans pour ne plus être en conflit avec le système scolaire. 6 ans pour enfin démissionner, passer à autre chose, sans rancoeur. 

Je garde de cette période d’incroyables souvenirs. 

Des moments de doute. Des moments de stress. Une fatigue incommensurable. Des jours et des nuits à me former, à préparer du matériel, à me questionner, à me remettre en question. 

Et aussi de multiples moments de joie et de bonheurs partagés. La liberté d’organiser mes journées comme je le voulais, la liberté de partir explorer le monde quand je voulais. 

Mais surtout, le sentiment d’avoir mis mes enfants sur les rails pour la vie. Ils sont joyeux, ils sont forts, ils sont optimistes, ils sont rayonnants, ils sont meneurs, ils sont créatifs … 

Merci pour ces belles années mes attachiants préférés <3

Décomposition du nombre cycle 2

Je m’occupe actuellement d’un élève qui a des difficultés à se représenter le nombre. Nous avons retravaillé le système décimal à partir du matériel Montessori mais aussi la numération jusqu’à 1000 (voir dossiers pédagogiques).

Afin de l’aider à faire le lien avec les attentes scolaires, j’ai créé un petit matériel autour de la décomposition/recomposition du nombre. Souvent, on croit que l’élève ne réussit pas l’exercice demandé car il n’a pas acquis la notion, mais, la plupart du temps, c’est surtout qu’il n’a pas compris ce qu’on lui demandait et à quoi ça allait lui servir, ou encore qu’il est noyé sous le travail (pour cet élève, 6 pages de fichier à remplir !)

Le fichier existe en deux versions : avec les couleurs dans un premier temps, puis sans pour aller vers l’abstraction dans un deuxième temps.

Télécharger le fichier

 

[pdf-embedder url= »https://montessorimaispasque.com/wp-content/uploads/2021/05/Decomposer-un-nombre.pdf » title= »Décomposer un nombre »]

Renouvellement du blog, pot commun

Bonjour à tous,

Surprise du 1er de l’an : un mail m’informant de la reconduction de l’abonnement de mon blog … Cette année, j’ai complètement oublié ce petit détail , 300 euros en moins sur mon compte … Et, comme chaque année, j’ai besoin de vous. Depuis 5 ans, je sais que je peux compter sur votre solidarité.

J’ai décidé d’opter pour un blog sans pub, pouvant héberger des documents, photos et vidéos depuis sa création, mais cette formule me coûte une somme conséquente, que ni mon association, ni mon compte personnel ne peuvent assumer.

Vous aimez mon blog, vous partagez mes articles, vous téléchargez mes documents (plus de 150 000 téléchargements) pour les utiliser à des fins personnelles et professionnelles tout au long de l’année, et ceci gratuitement. Vos dons m’encouragent à continuer.

Chaque année, la somme recueillie dépasse le plafond souhaité, l’argent sert à financer l’achat de matériels pédagogiques à tester afin de rédiger des articles mais aussi à financer la mise en ligne du blog Mes premières lectures Montessori depuis trois ans.

Vous, les 500 000 visiteurs par an, vous, les 1400 abonnés, ce blog est le vôtre.

Je compte sur vous, une fois de plus, même si dans ce contexte particulier, je sais qu’il est difficile pour certains de participer à cette cagnotte. Je sais également que quelques lecteurs attendent chaque année cette cagnotte pour me remercier.

Faites comme vous pouvez, comme vous voulez !

Anaïs

 

Pétition « Pour le maintien des droits à l’instruction en famille »

Parce je voudrais continuer à croire que l’Etat me fait confiance
sur la façon dont j’élève mes enfants,
sur les décisions que je prends concernant leur santé, leur éducation,

Parce mes enfants voudraient comprendre pourquoi l’Etat n’a pas confiance
en leur formidable capacité à apprendre naturellement,

Parce je voudrais continuer à croire que les valeurs que ma maman m’a enseignées :
Liberté, Egalité, Fraternité,
ne sont pas que des mots que l’on balance sur des bâtiments
pour se persuader qu’ils ont encore du sens,

Parce que je voudrais que chaque famille, même si elle ne se sent pas encore concernée, puisse un jour faire le choix de souffler, se poser,
pour repartir de bon pied,

Parce que, plus généralement, et là, vous êtes tous concernés,
je voudrais continuer à croire que j’ai encore la possibilité dans ma vie,
dans mon pays,
de faire des choix.

 Pour que vive la liberté, merci de signer cette pétition
dont je suis co-signataire et de la partager largement.

Cliquez juste en-dessous