Préparer l’oreille à conjuguer

Dans cet article, mes lecteurs n’ont pas manqué de me le rappeler, je vous avais promis un article sur la préparation de l’oreille en tant que pré-requis à la conjugaison. Je vais ici tenter de détailler mon propos -ce que je mets derrière cette préparation-.

Je me suis rendue compte de ce travail préalable à faire quand j’ai été mise en difficulté avec Milo dans les propositions que je lui faisais. Milo a des troubles du langage oral, des troubles de la mémoire et une dysorthographie désormais identifiée. J’ai compris que ce que je pratiquais en terme de conjugaison convenait très bien à mes filles, mais pas du tout à lui, du fait de sa dys-férence (mais pas que). Bref, merci mon fils pour cette remise en question 🙂

Conjuguer -désormais- pour moi, n’est qu’une affaire de langage oral. La suite reste bien simple, il suffit à l’enfant de s’entraîner à utiliser les différents outils mis à sa disposition (enfin ça reste difficile pour Milo quand même, mais tout doucement, en retravaillant l’oreille, on y parvient).

Alors voilà ce que je propose pour préparer l’oreille, en amont, mais aussi en parallèle du travail mécanique de conjugaison.

je tu il nous vous ils.jpg

La place de l’adulte

Dans toutes les activités que je propose ici, vous devrez être présent pour modéliser la conjugaison. Sans ce modélisateur de la bonne formulation orale, ces jeux n’ont pas à être proposés. L’enfant DOIT entendre la formulation correcte, avec bienveillance. Vous pouvez simplement reprendre sa phrase en redonnant la bonne conjugaison.

« Il allera au cinéma demain »
« Ah oui, tu veux donc dire qu’il ira demain au cinéma. »

je tu il nous vous ils.jpg

Ecouter

1. Proposer à l’enfant des comptines traditionnelles et des lectures à écouter

Lire ne suffit pas forcément à pouvoir utiliser les bonnes formes verbales. Entendre une forme verbale n’est pas la même chose que la lire . En plus des lectures offertes, vous pouvez proposer à l’enfant de lire un passage en s’enregistrant puis en réécoutant sa lecture, ou encore de mettre à sa disposition des contes avec support CD, ou des livres audio.

De ce fait, l’enfant entendra le plus souvent possible des formulations correctes en dehors des conjugaisons du discours, et aura accès aux conjugaisons du récit. La lecture de contes semble ainsi toute indiquée. Quand l’enfant grandit et qu’il ne veut plus écouter des comptines, on peut, par exemple, lui faire écouter Aldebert, qui manie si bien la langue 😉

Vous trouverez dans de vieux articles des références de comptines et de livres à écouter.

2. Faire entrer l’imagination au service de la conjugaison

  • Nombreux sont les jeux où l’enfant peut inventer des dialogues (jeux symboliques, jeux avec des figurines …). On peut se permettre de temps en temps d’intervenir pour relancer la structure du dialogue entre les enfants ou entre les personnes qu’il fait parler :

« Bonjour Monsieur le Père Noël, si j’étais vous, je mettrais un bon gros manteau
car il fait froid dehors … »
(et bim, l’air de rien, on travaille le conditionnel)

ou encore

« Plus tard, quand je serai grand … »
(pour le futur)

ou encore

« Bonjour Madame, que souhaiteriez-vous manger ? »
(la marchande/resto/cuisine, un jeu dont le pouvoir n’est pas à sous-estimer !)

IMG_20180415_151842

  • Les jeux d’histoires à inventer, à partir de dés, ou de coffrets, sont parfaites pour travailler la conjugaison à l’oral. Fous rires garantis sur l’utilisation du passé simple, même entre adultes à l’apéro 🙂

Les légendaires Story Cubes

La fabrique à histoires de Bernard Friot

3. Jouer avec les registres de langues

Ces jeux engendrent forcément une utilisation des temps du discours et du récit, on peut facilement passer du « wesh-wesh » au langage soutenu. A ce sujet, nous aimons particulièrement jouer des scènes avec notre théâtre d’ombres, et nous amuser avec les différents registres de langue.

je tu il nous vous ils.jpg

Entraîner la conjugaison orale

Dans cette partie, je vous propose quelques jeux qui fonctionnent très bien à la maison. Ils  n’est pas question de conjugaison à l’écrit, mais à l’oral. Vous pourriez avoir tendance à vouloir mettre en place une auto-correction à lire par l’enfant dans ces diverses activités, mais je crois qu’il est vraiment important qu’il « entende » la forme verbale correcte, et non qu’il la lise.

1. Jouer à plusieurs jeux de conjugaison à l’oral

Voici les jeux que j’utilise au quotidien. Ils sont utilisables à tous les temps.

Le jeu de l’oie multitemps de La classe 2 Delphine

image.jpg

Le jeu de la moustache

Jeu de la moustache.jpg

Conjugué c’est gagné

image.jpg

Pour jouer à tous ces jeux, vous pouvez avoir besoin de dés des pronoms et des temps pour varier les règles. Et si quand on tombait sur un case, on devait trouver trois formes conjuguées du verbe à trois temps différents, avec le même pronom, ou au contraire faire varier le pronom dans un même temps ?

Téléchargement

Dés pronoms et temps version modifiable

Dés pronoms et temps pdf

2. Transposer des textes d’un temps à l’autre, à l’oral

On trouve de nombreux fichiers de transposition sur le net (merci à tous les enseignants qui les mettent en ligne !). Demandez à l’enfant de tirer le dé des temps et de transformer le texte au fur et à mesure de se lecture (ça lui demande d’identifier les verbes, et rien que ça, c’est un sacré travail !). Vous pouvez lui proposer de le faire avec lui, une phrase sur deux, ceci limitera sa fatigue.

Vous n’êtes pas obligés de suivre les consignes de ces fichiers, mais vous pouvez vous servir des textes en inventant vos propres règles. Vous pouvez aussi vous appuyez sur des textes issus de vrais livres.

https://lewebpedagogique.com/sobelle06/fichier-textes-a-transformer-cm2/

https://lewebpedagogique.com/sobelle06/fichier-textes-a-transformer-cm1/

3. Ritualiser la conjugaison

Entraîner la conjugaison orale demande de la répétition, et donc de la ritualisation. Voici deux activités qui fonctionnent bien à la maison, que je pratiquais à l’écrit avant, mais que j’ai décidé de passer à l’oral.

  • La conjugaison horizontale :

Pour ce rituel, nous utilisons les étiquettes du jeu Tic tac Bombe conjugaison de La classe de Mallory. Milo tire une forme verbale, puis décide de jouer avec le dé des pronoms ou des temps, ou les deux. Il tire le dé plusieurs fois pour faire varier le pronom ou le temps, au choix.

Il peut donc tirer « Nous finissons » puis tomber sur « je » avec le dé, il dira donc « Je finis » puis tirer le dé des temps « futur » et dire « Je finirai » … on va comme ça jusqu’à épuisement de l’intérêt …

Téléchargement

Dés pronoms et temps version modifiable

Dés pronoms et temps pdf

je tu il nous vous ils.jpg

J’espère vous avoir transmis quelques pistes de travail. N’hésitez pas à commenter cet article en ajoutant les jeux et activités que vous utilisez au quotidien. 

Merci d'avoir lu cet article, retrouvez mes livres ci-dessous 😉  

8 commentaires sur « Préparer l’oreille à conjuguer »

  1. Merci pour cet article qui synthétise bien les besoins oraux de la conjugaison ! On va mettre en place certains des jeux sont tu parles car mon fils ne le sait pas mais il connaît déjà la conjugaison ! En passant par l’oeal, il ‘sen rendra vite compte ! Alors qu’a présent, impossible de lui faire faire un exo dans cette matière :-/

  2. Bonjour, et meilleurs voeux, et mille mercis pour vos super articles… maman de deux enfants en homeschooling, CE2 et CP, j’utilise beaucoup des outils que vous mettez à disposition. Je voulais vous communiquer le titre d’un livre: Ernst Gombrich: Une brève histoire du monde. Je l’ai découvert par hasard en anglais lors de notre dernier voyage à l’étranger, dans un petit hôtel… je viens de le commander en français, nous en lirons un ou deux chapitres tous les jours dès que nous l’aurons reçu. Et encore tous nos voeux, et encore merci pour chacun de vos mails… Anne

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.