Luce, CM1, période 2

La période 2 s’est achevée il y a quelques jours et il est temps pour moi de prendre quelques minutes pour mettre à l’écrit notre bilan de période. Notre contrôle annuel aura lieu fin janvier et mes questions sont nombreuses. Si notre droit à l’IEF est maintenu, Lulu restera encore une année à la maison. S’il est difficile d’obtenir une autorisation (j’ai peu d’espoir quant à l’autorisation pour études musicales, surtout en ce moment, tout est fermé !), je souhaite qu’elle soit scolarisée en CM2 l’an prochain, le tout sans passer devant une ribambelle de professionnels … 

Depuis ses 6 ans, notre inspectrice a toujours testé ses connaissances dans un niveau supérieur au sien (ce qui est très courant en ief quand on se laisse guider par son enfant), j’espère donc pouvoir obtenir son aval pour une scolarisation à la rentrée dans un niveau supérieur.

Du côté des nouveautés, nous avons décidé de travailler sur la rémédiation du geste graphique et sur la réintégration des réflexes archaïques (voir live facebook que j’ai fait).

Nos activités autour des langues

Le français

La question de l’orthographe :

J’ai fait une pause dans la progression des dictées journalières au profit de la production d’écrits, non pour travailler la production d’écrits en soit, mais plutôt la gestion de l’orthographe au sein d’écrits authentiques. Pour ça, j’ai ressorti un petit classeur de sujets d’écriture qui trainait sur mes étagères depuis plusieurs années. Lulu utilise l’ordinateur pour écrire ses textes, elle est en cours de rééducation à l’écriture pour permettre une écriture plus fluide et rapide sans douleur.

J’ai ressorti les coffrets Dessine-moi un mot dont je parlais dans cet article afin de permettre à Lulu de mémoriser l’orthographe des mots invariables. J’ai procédé comme suit : j’ai testé l’orthographe de tous les mots de la boîte afin de vérifier quels mots il lui restait à apprendre. J’ai mis de côté ces mots (il n’en restait pas beaucoup, allez savoir pourquoi, certains enfants ont des aptitudes innées pour l’orthographe …). 

J’ai ensuite utilisé la méthode Mémory 7 utilisée par le mentaliste Fabien Olicard et reprise par Anthony Godin. Je suis actuellement sa formation (pack complet accompagnement parents) spécifique sur la mémoire et je la conseille à tous !

Nous avons également travaillé sur les homophones grammaticaux afin d’en automatiser l’utilisation. Pour ce faire, j’ai utilisé des cartes à pinces, des dictées de phrases et un jeu.

J’ai proposé à Luce de retravailler sur quelques graphies complexes (-ill,-oeu,-ueil …) pendant quelques jours. Rien de bien transcendant, juste des fiches trouvées sur internet et une carte mentale pour le cas du -euil/-ueil 😉

Elle continue son travail à partir des ceintures d’accords de Charivari. Elle réalise ce travail en parallèle avec son frère. J’aime beaucoup ces transpositions, je trouve ce travail très efficace, il couvre beaucoup de notions d’orthographe qui s’appuient sur la grammaire et la conjugaison. J’ai néanmoins ressorti un très vieux cahier d’accords pour renforcer encore cette notion d’accords au sein du GN.

L’étude de la grammaire :

Dans un but de coller aux attentes de l’éducation nationale, et seulement dans ce but, j’ai travaillé autour des fonctions COD/COI et CC. L’expérience m’a prouvé qu’il n’était pas nécessaire de connaître ces fonctions pour écrire correctement. Avec les élèves que je prends en charge, je m’arrête aux fonctions verbe et sujet.

J’en ai profité pour revoir la différence en nature et fonction. Lulu les confond souvent. Pour lui faire mémoriser ces notions, j’ai utilisé la méthode des lieux décrite par Anthony Godin dans la formation dont je parlais plus haut. Il s’agit d’associer une notion à un lieu qu’on aime, et se raconter une petite histoire. Ainsi Lulu a choisi deux lieux : le trampoline parc et son lit : elle a imaginé les figurines des natures au trampoline parc et elle a posé mentalement les fonctions sur son lit. Elle a décidé d’en faire un dessin. Désormais, quand je dis « nature » ou « fonction », l’image mentale revient instantanément. 

La conjugaison :

Cette période a été consacrée à l’étude du futur simple (enfin, plutôt, la révision), avec nos outils habituels : jeux de plateau, verbes rouges, Go-conjug de Pit et Pit …

La lecture :

Aucune lecture n’est imposée à la maison. Cependant, nous travaillons toujours avec Lector Lectrix (en lien avec la rééducation de son frère). Elle aime beaucoup les activités proposées. Nous avons particulièrement travaillé sur la nécessité d’être flexible mentalement quand on lit une histoire. 

J’ai également proposé à Luce deux Rallyes-lecture

  • un sur les thème de l’histoire à partir des petits livres Quelle histoire,
  • un sur le thème de Noël dont voici quelques exemples.

De son côté, elle est toujours fan des BD kids et elle s’est attaquée aux Animaux fantastiques.

Dans la voiture, en attendant son frère chez l'orthophoniste ...

Du côté de l’écriture :

Me formant actuellement à la remédiation du geste graphique, j’en ai profité pour travailler la fluidité d’écriture avec Lulu durant cette période. Elle a déjà fait beaucoup de progrès !

L'allemand

Depuis quelques semaines, une jeune allemande intervient chez nous deux fois par semaine pour initier nos plus jeunes à sa langue maternelle. Ils adorent vraiment ça ! 

Luce a travaillé sur les nombres, les jours, les mois et sur la légende de la St Martin. Pendant le mois de décembre, Hannah leur avait concocté un super calendrier de l’avent. Ils ont exclusivement travaillé sur le thème de Noël en lien avec la cuisine allemande. Nous nous sommes régalés ! Ils ont également écrit au Père Noël allemand et ont reçu une réponse, en allemand, bien sûr !

L'anglais

Lulu suit courageusement ses cours Pop English par Zoom, elle en sort épuisée ! Pas simple d’entendre et de se faire entendre parmi 15 participants. Vivement le retour à la normale !

Elle m’a demandé d’être à nouveau inscrite à Speaky Planet. Les langues, c’est vraiment son truc.

Nos activités scientifiques

Les mathématiques

Du côté des mesures :

Nous avons commencé la période avec un travail que j’avais préparé pendant l’été. Il concerne les équivalences de mesures de durées

Nous avons naturellement continué ce travail par des conversions et des calculs sur les mesures de durées avec plusieurs matériels : 

Du côté de la numération et du calcul :

Luce a continué son travail autour des fractions, commencé il y a plusieurs années maintenant. Chaque année, nous allons un peu plus loin dans la découverte de ces nombres particuliers. Au programme cette année : lire, écrire, représenter sous plusieurs formes, calculer et simplifier ! Un article sur les fractions est à lire ICI.

J’ai ajouté de petites cartes additions de fractions simples ICI. 

Nous avons terminé le programme de primaire, mais nous irons sans doute plus loin quand même dans les mois à venir. 

Trouver les équivalences

Pour pouvoir aller plus loin l’an prochain sur les fractions, il nous faut travailler la notion de multiples et de PPCM (plus petit commun multiple). Pour commencer, nous avons travaillé autour des critères de divisibilité. J’en parlais il y a très longtemps ICI. Ce travail a naturellement permis la révision de la technique opératoire de la division et les règles de divisibilité ont rejoint nos petites enveloppes de Mémory 7.

Côté calcul, on a révisé les tables, avec multimalin toujours (avec les cartes, l’application …) et Poulpe Express. Comme nous allons travailler sur les multiples, il faut désormais pouvoir les utiliser rapidement !

Du côté de la géométrie :

Après avoir travaillé les notions parallèle/perpendiculaire avec les présentations issues de la pédagogie Montessori, nous avons réinvesti les notions avec des fiches trouvées sur internet et Lulu a réalisé une illusion d’optique. Les définitions « parallèles » et « perpendiculaires » ont rejoint les enveloppes Mémory 7 🙂

Les sciences

Nous avons joué avec la lumière ! Au programme, diffraction, création d’un périscope, d’une toupie … Je vous laisse lire un très vieil article datant de nos débuts en IEF …

Nos activités culturelles

La géographie et l'histoire

Luce a travaillé les pays d’Europe en profondeur, à travers les drapeaux, les capitales, la monnaie, les langues … avec le matériel de Julie.

En Histoire, nous avons continué le travail proposé par Explorer l’Histoire CM1. Dynasties, Clovis, Charlemagne au programme ! Ce classeur est vraiment très adapté à son niveau, trop chouette d’avoir du matériel clé en main 🙂

La musique

Toujours beaucoup de musique au programme chez nous. Quotidiennement, Luce travaille le piano et le solfège. Nous avons hâte que l’école ouvre à nouveau. Je commence à fatiguer sérieusement ! Et Lulu aussi, même si nous avons très régulièrement son prof au bout du fil. Elle progresse beaucoup, et l’IEF lui convient parfaitement bien pour ça !

La magie de noël

Bobinette est revenue chez nous, une fois de plus, tout au long du mois de décembre. De quoi éclairer un peu ce mois maussade. Nous avons encore bien ri !

Et le reste ...

Même si Lulu passe beaucoup de temps dehors avec sa « bande », il lui reste du temps pour bricoler. Depuis peu, elle passe du temps à peindre, dessiner, créer. C’est tout récent. Elle se sent plus à l’aise avec ses mains et trouve qu’elle gère mieux les ciseaux. 

Voilà cette récap’ enfin terminée. Vivre avec Lulu, c’est un véritable trésor. Elle nous épuise, s’épuise elle-même d’ailleurs puisqu’elle dort très mal, mais elle nous ressource aussi. C’est une bombe d’énergie, un cadeau que la vie nous a donné. C’est un vrai défi de s’occuper d’elle mais nous nous enrichissons à ses côtés. J’espère pouvoir poursuivre l’IEF l’an prochain avec elle. Nous avons encore tant à découvrir l’une de l’autre.

Merci d'avoir lu cet article. Retrouvez tous mes livres en cliquant ICI.

6 commentaires sur « Luce, CM1, période 2 »

  1. Pour apprendre aux enfants à bien mémoriser, je vous recommande le livre  » La mémoire à l’école  » de Michèle Mazeau et de Michèle Cerisier-Pouhet dans l’édition Tom Pousse, un livre très concis, très pertinent et très rapide à lire qui donne dans la première partie 10 techniques de mémorisation efficace. Mon fils de 7 ans et demi en CE1 et en attente de diagnostic dys apprend laborieusement la conjugaison par coeur des verbes et ce livre nous est d’une grande aide.

  2. Bonjour, j’ai une question au sujet des transpositions. Je réfléchis à comment les aborder avec mon fils en IEF. Il a 6 ans (mercredi). Il a appris à lire avec beaucoup de motivations grâce à vos livres (notamment ceux avec les histoires) et nous avons commencé la grammaire grâce à la pédagogie montessori (les natures de mots avec leurs représentations 3D il adore), les flèches aussi 🙂
    Nous attendons avec impatience votre livre « apprendre à écrire sans fautes » qui je pense correspondra bien à notre approche. Merci d’avance.
    Au sujet des transpositions, je pense qu’il pourrait déjà être très intéressé par l’exercice, il sait que les noms s’accordent, et que les verbes se conjuguent (il a 2 soeurs maintenant sco en CE2 et CM2 mais qui étaient non sco jusqu’au CE1 et CE2 donc il a entendu BEAUCOUP de choses à ce sujet et il absorbe très vite 🙂 et il est TRES intéressé). Nous avions commencé les livrets rouges de conjugaison mais il a des difficultés motrices (probable dyspraxie en tout cas fort dyssynchronisme) et la manipulation des billets l’énervait beaucoup 😀 il préfère travailler à l’oral (et alors j’écris pour lui) ou directement taper sur l’ordinateur. Je lui apprends à écrire avec la méthode du geste d’écriture Dumont mais il va falloir un peu de temps avant que se soit efficace par rapport à ses capacités à l’oral.
    Voilà après cette présentation, j’en arrive à ma question, est ce que je travaille d’abord toutes les étapes de la conjugaison : identifer passé/présent/futur (ce qui est quasi acquis), repérer le verbe et trouver son infinitif (facile pour lui), chercher le sujet (on est dedans ça ne va pas être très difficile), la pronomalisation (pas encore abordé mais votre tableau de jeu avait été vraiment très efficace pour sa soeur) et ensuite je lui montre que dans les phrases à transposer le sujet se pronomalise par ils ou elles donc le verbe se conjugue avec -ent ? Ceci est la méthode qui me semble logique. On prend son temps et on déroule les choses…
    MAIS à l’école où vont les filles (et dans le fichier CLEO et d’autres manuels) ils abordent que « on écrit -ent » pour les verbes « au pluriel » dès la fin du CP/début CE1 ou plutôt la réflexion est : « quand le groupe nominal sujet est pluriel » et il me semble que c’est aussi le sujet des exercices de Charivari. Du coup est ce pertinent pour « gagner du temps »/enseigner ce fait grammatical/de l’aborder séparemment ? Et à quel moment selon vous ? Je n’ai pas tellement trouvé les bases pédagogiques qui justifient cela mais je ne voudrais pas passer à côté de quelque chose.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.