Premier trimestre CM2 – Milo

En accord son orthophoniste, il a été décidé cette année de prioriser la rééducation de sa dysorthographie. Enfin, soyons clairs, une dysorthographie (mais pas que) ne se rééduque pas, elle s’accompagne. Ajoutons à ceci des troubles de la mémoire, et retrouvons nous avec une maman éducatrice complètement déboussolée à la rentrée … jusqu’à ce qu’elle prenne ses marques.

Le but : fournir à Milo des moyens de compensation supplémentaires (il compense déjà très bien grâce à sa grande logique), et lui donner confiance en lui (et ça, euh, je crois qu’on a réussi, presque trop, Milo, c’est un rouleau compresseur, un comique né, il fallait juste qu’il se révèle ! …)

J’ai donc continué à travailler de manière formelle en français et en maths, et j’ai un peu délaissé pour le moment les autres matières, préférant pour ça le non formel (vous verrez tout ça dans l’article qui suit, Milo s’en accommode très bien !)

Les priorités de l’année :

  • permettre à Milo d’écrire via un logiciel de prédiction orthographique et d’être suffisamment à l’aise pour que les outils numériques deviennent un support quotidien,
  • travailler autour de la morphologie dérivationnelle (mots de la même famille avec ajouts de préfixes, suffixes …),
  • travailler autour de l’accord du groupe nominal,
  • travailler la pronominalisation dans le discours (utiliser correctement les pronoms),
  • travailler la conjugaison à l’oral,
  • mettre en lumière les RÉGULARITÉS de la langue,
  • travailler les variantes positionnelles des lettres (s, c, g …),
  • enrichir son stock d’orthographe lexicale,
  • le laisser libre de ses choix de lecture sans aucune récupération pédagogique,
  • mettre en lumière ses compétences non scolaires (elles sont nombreuses !)

Les activités de français

 

J’essaye le plus possible de le faire travailler avec Luce. Alors oui, il a bien conscience des ses problèmes personnels et des facilités de sa petite sœur, mais travailler à plusieurs, c’est quand même beaucoup plus sympa, ça resserre les liens familiaux, ça évite les clivages par âges, et ça apprend la tolérance.

Le logiciel Lexibar :

Milo utilise donc pour écrire un logiciel spécifique, conseillé par son orthophoniste : Lexibar. Il s’en sert dès qu’il a à produire un texte, quelle que soit la matière dans laquelle il travaille (géographie, histoire, expression écrite, magie, blagues …) Ce n’est pas qu’un logiciel qui prédit l’orthographe, 5 fonctions l’aident au quotidien (le logiciel propose trois fonctions gratuites, essayez-le !)

  • prédiction phonétique,
  • prédiction orthographique,
  • illustrations,
  • synthèse vocale
  • vérification de l’orthographe.
IMG_20181018_103345.jpg
La petite fenêtre de prédiction s’ouvre dans n’importe quel logiciel utilisé.

On pourrait croire que ce logiciel l’empêche de réfléchir par lui-même, mais :

  • voir les mots correctement écrits l’aide à mémoriser la bonne orthographe (et d’ailleurs, c’est pour ça que je laisse également Luce l’utiliser  quand elle écrit des textes),
  • la prédication orthographique n’est qu’une prédiction : quand une liste de mots susceptibles d’être utilisés s’affiche, Milo doit sélectionner le bon mot en argumentant (bon, des fois, on en est encore loin !),
  • ce qui l’aide le plus finalement, c’est de pouvoir faire relire par la synthèse vocale les phrases qu’il écrit (sa petite voix intérieure ne parvenant pas à le faire efficacement).

Le travail spécifique autour de la morphologie dérivationnelle :

En début d’année, nous avons travaillé intensivement avec le matériel prêté par son orthophoniste (merci à elle !) 80% des mots de la langue sont polymorphémiques, construits avec divers préfixes et suffixes. Le but est donc ici de montrer les régularités de la langue.

2015-07-24-16-09-04_1524322

Nous avons également beaucoup travaillé avec Morph’exos.

sdr

Dans ces exercices, Milo devait trouver l’intrus en argumentant sa réponse, par exemple, dans la série revivre-redire-requin-rechuter, requin est l’intrus car re n’est pas un préfixe. Dans revivre, redire, rechuter, re est un préfixe qui veut dire « à nouveau ». Ce travail est très intéressant et l’aide beaucoup.

Le travail autour du groupe nominal :

Plusieurs activités ont été proposées en plus du travail qu’il mène avec son orthophoniste :

IMG_20181012_114605.jpg
Coffret Mes cartes mentales cycle 2

Le travail autour du stock lexical :

Pour contrer son trouble spécifique de la mémoire du langage (pour faire simple), il est très souvent nécessaire de retravailler à partir des cartes classifiées. Nous avons fait un travail spécifique sur les fruits et les légumes pour le moment.

La conjugaison :

Je la travaille à l’oral et à l’écrit. Concernant l’oral, j’y avais consacré un article entier ici. Je donnais quelques pistes ici aussi. Nous avons notamment travaillé l’infinitif, les groupes (les nouveaux), le présent, le futur, l’imparfait. Milo complète des cartes mentales au fur et à mesure de ses découvertes.

IMG_20181106_124817.jpg

L’orthographe (quel terme vague !) :

Quand on parle dysorthographie, on plonge dans l’infiniment grand. Le terme orthographe désigne en effet une multitude de problèmes à résoudre. Orthographe lexicale, orthographe grammaticale (vous aussi, ça vous rappelle vos dictées de primaire avec la note dans la marge ?), choix, argumentation, métacognition …

Bref, en plus du travail sur le groupe nominal (et tout ce que ça sous-entend), nous avons travaillé :

  • autour des lettres muettes : à l’oral, dès que Milo veut écrire, à l’écrit avec le fichier de La classe2Delphine et Morph’exos (je parle de ces deux fichiers juste au-dessus),
  • les homophones grammaticaux : qui dit métacognition dit forcément réfléchir sur ses choix, et pour ça, je fais argumenter Milo en fonction des classes grammaticales (voir carnet des homophones), ce n’est qu’une question d’entraînement, mais quand on a des troubles de la mémoire, on oublie très vite … ce travail est donc nécessairement très régulier,
  • le stock lexical : avec l’orthographe illustrée, et les listes de fréquence de mots Manulex et EOLE,
  • les lettres et l’influence de leur position dans le mot (ici, la lettre e et les accents) :

IMG_20180927_114414.jpg

Pour compléter le travail de métacognition, j’utilise le très chouette fichier d’enquêtes grammaticales. Le but de ces 30 enquêtes grammaticales est de découvrir la phrase prononcée par l’un des personnages. Des indices grammaticaux sont donnés, les enfants recherchent le mot correspondant à la définition grammaticale dans une banque de mots . Chaque énigme est déclinée en 3 niveaux de difficulté.

sdr

Les dictées BUZZ nous permettent d’automatiser les règles de grammaire, de conjugaison, d’orthographe. A chaque dictée sa compétence. Le seul matériel nécessaire est une clochette ou un buzzer. Je buzze sur le mot où Milo doit se poser la bonne question. Le but, à terme, est qu’il entende son propre buzzer intérieur pour réagir, réfléchir et appliquer la règle (comment appliquer une règle si on ne sait pas déterminer quand l’appliquer ?)

 

Tout ceci paraît très structuré, mais à dire vrai, je nage en eaux troubles 🙂 J’ai sans doute proposé à Milo de nombreuses autres situations d’apprentissages, mais je ne passe pas ma vie avec mon appareil photo à la main ni avec un calepin pour noter tout ce que je fais. Observation, adaptation, improvisation sont au rendez-vous. Je programme les grands axes par période, le reste évolue au jour le jour : et ça, sans l’IEF, ce ne serait pas possible.

 

Les activités de mathématiques

 

Etant donné que le travail de français de Milo ne peut pas se faire en autonomie, j’ai besoin de me dégager du temps pour m’occuper de ses deux sœurs, ainsi, il avance seul en mathématiques.

Les outils utilisés : 

Il a plus particulièrement travaillé sur :

  • les grands nombres (lire, écrire, décomposer, classer, encadrer …)
  • les additions, soustractions, multiplications de décimaux
  • les lignes et en particulier les lignes perpendiculaires et parallèles
  • les mesures de durées et de longueurs
  • les figures planes et leurs propriétés
  • le périmètre

Ici avec Khan Academy,

là des plans de construction avec Geogebra, sa grande passion !

Ici avec Scratch et Thymio, pour le Game of Scratch !

Ici avec du dessin géométrique à la main, sa deuxième grande passion (il veut en faire une chaîne You Tube … le comique géométrique, ça pourrait le faire, non ?)

Et toujours avec les jeux qui accompagnent notre quotidien (ici le jeu TIME de Lala aime sa classe) :

dav

Dans un prochain article, je résumerai toutes les autres activités de Milo et Luce (Zoé ne partagent plus vraiment nos activités de découverte du monde, elle grandit …). Finalement, ils excellent le plus là où on ne les accompagne pas, là où on sait lâcher la pression, là où ils ont décidé d’aller seuls. C’est que je m’efforce de faire durant les semaines où nous ne travaillons pas (et elles sont nombreuses …) : leur donner les moyens d’assouvir leurs désirs/besoins/passions du moment. L’IEF commence à porter ses fruits (les vrais fruits, je veux dire !) : au bout de 4 ans, je parviens à mon objectif premier : les affranchir du « politiquement correct ». 

Merci d'avoir lu cet article, retrouvez mes livres ci-dessous 😉  

3 commentaires sur « Premier trimestre CM2 – Milo »

  1. Merci beaucoup de cet article. Il vient à point nommé. Il est très éclairant. Ma fille cadette en CM1 (IEF) est diagnostiquée dyslexique et dysorthographique depuis la rentrée. Je m’en doutais. J’ai également découvert le logiciel lexibar que je n’ai pas encore acquis. Je tâtonne encore pour trouver comment aider ma fille à progresser. Vous me donnez d’autres pistes. Merci beaucoup ! 😊
    Bonne continuation.

  2. mais oui, c’est vrai, Lexibar ! depuis le temps que tu nous avais soufflé la ressource, j’avais laissé tomber le téléchargement (mais je me souviens pour quelle raison : téléchargement en cours, temps d’attente : 35 minutes…)
    Merci pour cet article qui deviendra comme les autres un excellent support pour des enseignants, des parents en recherche d’accompagnement, et certaines familles non-sco poursuivant – est-ce inattendu ?! – les mêmes buts profonds… l’épanouissement personnel, l’autonomie dans l’action comme dans la pensée, la force d’être eux-mêmes – pour faire de ce monde le leur…

  3. SUPER !!! Quel dommage de ne pas habiter près l’une de l’autre et pouvoir faire travailler nos deux comiques atypiques ensemble… J’ai découvert le KESKIDI et je vais l’adapter sauce Montessori avec les symboles : ce serait chouette de le faire éditer ensuite « Mes enquêtes grammaticales Montessori  » ; le projet te parle ? On se lance ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.