Le vaisseau

Le beau temps revient, et avec, l’envie de voyager repointe son nez, mais en fait, non, elle ne nous quitte jamais ! Avril n’est pas terminé, mais a déjà été chargé ! Je profite d’un petit temps libre pour rédiger un cours article sur notre visite d’hier : Le vaisseau, à Strasbourg.

Lire la suite de « Le vaisseau »

Les os de mon squelette

Lulu, s’observant dans le miroir, rentrant le ventre et touchant ses côtes : « Maman, c’est quoi ça ? »

Attends ma Lulu, ne bouge pas, j’en ai pour 2 minutes (matériel prêt depuis des lustres, poussiéreux : je suis heureuse de le dégainer !)

« Oh, la grande feuille de papier, je vais me coucher là, c’est ça hein maman ? »

« Oui, et je vais tracer les contours de ton corps avec un feutre, mais tu ne dois surtout pas bouger ! » (oui, là, on peut toujours rêver … l’asticot m’a donné du fil à retordre !)

20160525_113518

Attention ! Surprise !

20160525_113529

On sort notre puzzle favori pour lui faire subir le même sort.

On étale les couches successives du puzzle pour arriver jusqu’au squelette !

20160525_114740

On pose les os et on les touche « pour de vrai » … « Maman, tu peux les poser à ma place ? » (j’crois bien que ça fait un peu peur les os en papier hihi).

20160525_115316

On pose pour la gloire ! Le squelette en papier est tout juste à sa taille : même pas 1 mètre 🙂

20160525_115456

Les grands légendent le squelette et squattent une porte pour l’afficher !

Ressources utilisées :

Beleduc – 17129 – Puzzle À Superposition En Bois – Ton Corps Garçon – 28 Pièces


Beleduc – 17128 – Puzzle À Superposition En Bois – Ton Corps Fille – 28 Pièces


La rainbow bottle

Zoé voulait absolument que j’achète de petites fioles pour compléter son attirail d’Harry Potter, et manifestait l’envie de réaliser des potions. J’avais vu tourner il y a quelques temps sur mes pages américaines préférées, la recette de la rainbow bottle, alors zou, aussitôt les bouteilles achetées, aussitôt les potions réalisées !

Et qui dit rainbow bottle dit forcément approche sensorielle des densités, et du vocabulaire miscibilité/non miscibilité … Et forcément, une belle activité de vie pratique de transvasement …

Le but est d’empiler plusieurs liquides aux densités différentes afin qu’ils se superposent sans se mélanger. Le plus dense et visqueux est en bas, le plus léger et volatile en haut.

Nous avons donc choisi, après essais :

  • une couche violette composée de glycérine et de colorants alimentaires bleus et rouges (mais tout autre liquide visqueux convient : miel, caramel …),
  • une couche bleue composée de liquide vaisselle vert et de colorants alimentaires bleus,
  • une couche verte composée d’eau colorée en vert (colorants jaunes + bleus),
  • une couche d’huile végétale colorée en jaune avec des colorants miscibles dans l’huile (colorants pour chocolat), mais vous pouvez choisir de l’huile d’olive qui vous donnera une couleur jaune/verte sans avoir à la colorer,
  • une couche d’alcool (ici à brûler mais attention, très volatile et toxique, tout autre alcool fera l’affaire), coloré en rouge,
20160518_190012
Les plus jeunes peuvent facilement réaliser cette expérience …
20160518_191807
Il faut veiller à bien faire couler les liquides le long des parois pour ralentir le débit et éviter qu’ils ne se mélangent entre eux …

Le résultat est spectaculaire !

20160518_19161820160518_19300620160518_193020

Chromatographie

Les couleurs … ce sujet tourne un peu en boucle en ce moment à la maison, elles ont fait l’objet de nombreux articles à relire ici :

Cette fois-ci, au lieu de composer les couleurs, nous avons tenté de les dé-composer, en utilisant un procédé très simple qu’est  la chromatographie, une technique physique de séparation d’espèces chimiques. J’ai connu cette technique grâce à mon amie Charlotte, qu’elle expliquait dans un très bel article ici.

Pour rendre l’activité ludique, j’ai décidé d’y associer l’art, et de créer de magnifiques pétales de fleurs grâce à ce procédé, et, pendant ce moment ludique, d’insérer quelques pistes scientifiques, et un espèce de protocole expérimental.

C’est très simple : on coupe des cercles dans du papier absorbant, on le décore aux feutres, on le trempe dans l’eau. Par capillarité, l’eau se répand et sépare les couleurs !

Dans un premier temps, on pose les cercles mouillés sur un plateau :

Fleurs chromato.jpg

Avant de les faire sécher sur Madame la Pieuvre :

Fleurs chromato 2

Pendant le séchage, nous avons testé plusieurs expériences afin de décomposer les couleurs secondaires, à l’aide d’un filtre à café et de feutres. Sur une bande de papier, on trace un trait avec la couleur que l’on veut décomposer, à environ 2 cm du bord inférieur. On place le filtre dans un verre dont le niveau d’eau ne dépasse pas 1 cm. Par capillarité, les couleurs se décomposent. Ici, nous avons testé les couleurs secondaires et une tertiaire, ainsi que le noir. Nous y reviendrons plus attentivement quand nous aurons des filtres blancs, et nous testerons différents feutres, ils ne fonctionnent pas tous équitablement.

Le soir même, les cercles ont fini sur table lumineuse ! Un vrai régal pour les yeux !

table lumineuse chromatographie

Et le lendemain, ils ont fini en bouquet !

 

 

 

 

Une journée à la Völklinger Hütte

Dimanche, nous sommes de nouveau allés du côté de l’Allemagne pour visiter un lieu que nous apprécions beaucoup, mais où nous n’avions pas encore amené les enfants : la Völklinger Hütte, non loin de Saarbrücken, classé au patrimoine de l’UNESCO. L’Allemagne, ça peut vous sembler loin, mais c’est vraiment très près de chez nous. En fait, nous aimons la Lorraine, car nous sommes situés au pays des trois frontières, à quelques kilomètres de la Belgique, du Luxembourg, et de l’Allemagne : une chance pour nous, car dans notre ville, c’est plutôt le désert culturel …

Bref, nous aimons ce lieu car il s’agit de friches industrielles. Ces friches, elles coulent dans nos veines : nos ancêtres, les membres de notre famille ont pour la plupart travaillé dans les mines. Ces friches, elles sont notre horizon, notre quotidien visuel … Un de nos amis peintre les a d’ailleurs sublimées dans ses œuvres intitulées Modern Temple. Notre côté « trash-décalé » nous permet de nous sentir à l’aise dans ces lieux.

fils-barbelés-4459149

Le haut-fourneau

Nous découvrons le lieu en commençant par le fonctionnement du haut-fourneau, la visite nous permettra de retravailler sur les techniques de fonte.

20151025_135843

P1100801 P1100816 P1100808 P1100939 P1100799

Un document sur le thème 😉

fils-barbelés-4459149

Le Ferrodrom®

Puis, nous passons beaucoup de temps dans le Ferrodrom, spécialement conçu pour les enfants. A travers la manipulation, ils découvrent les éléments nécessaires à la technique de fonte de manière sensorielle, ils observent des objets et s’intéressent aux diverses utilisations du fer à travers les siècles (travailler l’histoire en situation, c’est extra !), nous nous prenons pour des ouvriers, et nous finissons par jouer avec le magnétisme. A tous les âges, de 3 à plus de 50 ans, nous y trouvons notre compte ! Il y a du Montessori dans cette expo !

20151025_141606

Les éléments nécessaires à la production du fer sont présentés de manière ludique : l’eau, le feu, et l’air, sont découverts de manière sensorielle, sans trop d’explications scientifiques parfois décourageantes. Ici, du plaisir, rien que du plaisir dans l’expérimentation …

P1100829 P1100826 20151025_143315

La rotation de la demi-sphère imite le mouvement des nuages dans le ciel.

20151025_144722

La création de tornade a vraiment beaucoup plu !

Nous découvrons l’histoire du fer à travers les siècles grâce à de nombreux outils et armes exposées. Milo essaye les heaumes et casques, Zoé s’exclame devant la dague de Toutânkhamon (tiens, tiens, il n’y a pas consensus sur ce poignard!). Super, on va travailler l’histoire grâce au fer !

P1100859 P1100855 P1100850

On comprend le travail des ouvriers par le jeu et l’imitation.

P1100876 P1100875P1100873 P1100870

On expérimente sensoriellement autour du magnétisme.

P1100898

(très Reggio, n’est-ce pas ?)

P1100902

P1100917

L’aimant liquide, c’est par ICI !

P1100892

Encore un « C’est pas sorcier » à regarder !

fils-barbelés-4459149

L’exposition UrbanArt Biennale® 2015

« Urban Art ! », l’art dans la ville : l’exposition donne un aperçu international du graffiti avec une centaine d’œuvres provenant d’une vingtaine de pays. Dont, pour la première fois, des graffeurs venus du monde arabe. Voici notre sélection ! A voir jusqu’au 5 avril 2016 …

P1100922 P1100926 P1100928 P1100929 P1100923 P1100933 P1100934

fils-barbelés-4459149

Crânes Icône.Mythe.Culte

P1100954

Nous terminons notre journée par la visite de l’exposition du moment : Crânes ! Je cite pour introduire les photos :

Le crâne n’est pas une partie du corps humain comme les autres : c’est ici que l’homme voit, sent, écoute, goûte et parle, c’est ici qu’il montre son visage, c’est ici que réside son âme, c’est ici qu’il pense et qu’il rêve, c’est ici qu’habitent ses souvenirs –  c’est ici qu’il réalise son équilibre et dévoile sa personnalité.

A la fois objet de culte et phénomène culturel, le crâne a de tout temps alimenté l’imagination des hommes.

Les collections historiques de crânes s’inscrivent dans une problématique millénaire qui interroge la signification particulière de la tête et du crâne dans notre histoire. Coupe crânienne préhistorique, trophée de chasseurs de têtes somptueusement décoré, relique de crâne religieusement vénérée, symbole du caractère éphémère de la vie humaine ou découverte archéologique, le « culte du crâne » occupe une place de choix dans l’histoire de la civilisation. Avec 259 crânes et têtes d’humains représentatives de toutes les époques et de presque tous les continents, l’exposition propose une approche inédite d’un thème dont la fascination est restée intacte de nos jours.

Le crâne côté anatomie (merveilleuse découverte pour les enfants !)

P1100956

P1100961P1100962P1100966P1100967

Le crâne côté rituel

P1100994

Amérique du sud, tête réduite ou tsantzas, objet rituel de vengeance

P1100998

Le crâne côté culte

P1100973

Crâne décoré en la mémoire du défunt, Allemagne

Le crâne côté culturel (et dire que chez nous on traite la plagiocéphalie !)

P1100993

Déformation de la tête à l’aide de planchettes, Bolivie. La déformation servait à expliquer le statut social ou religieux de l’individu.

Le crâne côté fun

P1110006

P1110005

P1110004

Cette exposition Crânes était vraiment de toute beauté, et le lieu était très approprié. Sa découverte a été accompagnée de « Beurk », de « Bahhhh », de « Ouah », de « Ils sont dingues ! » … Un vrai régal pour petits et grands. De belles découvertes anatomiques, religieuses, et mythiques ! 

Si vous passez par l’Allemagne, le lieu vaut vraiment le détour, pensez-y !
Et c’est gratuit pour les enfants !