Bien parler avec la pédagogie Montessori

En avril est paru aux éditions Eyrolles un nouveau coffret Montessori intitulé « Bien parler avec la pédagogie Montessori ». Je vous avais déjà parlé l’année dernière d’un coffret de la même série, qui concernait la musique. Eyrolles renouvelle l’opération en éditant une nouvelle fois un coffret de qualité. Ils savent s’entourer de personnes qualifiées, ça fait plaisir !

Lire la suite de « Bien parler avec la pédagogie Montessori »

La vie pratique, les soins de la personne et de l’ambiance chez les 0/3 ans

Comme Lulu aura trois ans en septembre, il est temps de faire le point, tant que j’ai encore un peu de temps pour ça, sur toutes les « activités » de vie pratique auxquelles elle participe au quotidien. J’ai mis « activités » entre guillemets, car il ne s’agit pas d’activités comme vous l’entendez, sur plateau, mais bien de « tâches » ancrées dans le réel, dans la vie, puisque le but, c’est bien de rendre l’enfant autonome, de lui apprendre les bons gestes, et surtout, de lui donner le goût de réaliser ces tâches.

Il en ressort chez l’enfant une grande confiance en lui, en ses gestes, en ses capacités, et un réel plaisir de vivre au sein de la famille, comme un être à part entière, et non comme un enfant que l’on considère comme incapable, car trop jeune.

J’avais publié une façon de gérer ces tâches dans cet article, mais il concernait mes trois enfants. Ici, je vais faire le point sur la liste de compétences que l’on « attend » d’un enfant de moins de trois ans, en pédagogie Montessori.

On distingue deux types de tâches : les soins de la personne, et les soins de l’ambiance, que je sépare en trois groupes : le jardin, la maison, la cuisine.

Les soins de la personne

aller aux toilettes

20150309_102822

s’habiller, se déshabiller, ranger ses habits

20150115_121420 20150115_121508

se laver les mains, le visage, se brosser les dents

10350613_10203738829129711_726316145235297981_n (1)

se moucher (pas de photo, oups !)

brosser ses cheveux (pas de photo, oups !)

mettre et enlever son manteau et ses chaussures

20150116_111929

(attention, Papa gaga inside !)

nettoyer ses chaussures (pas tenté encore !)

les cadres d’habillage

10352256_10203760478350928_2157913244393260726_n


Les soins de l’ambiance 

à la maison

balayer et laver le sol

11084261_10205863406442816_1566325239143075490_n

laver et essuyer une table ou d’autres éléments de l’ambiance

10641177_10204361310531357_50439071410740352_n

10409691_10203473655220529_6365644897912719783_n

éponger de l’eau

969042_10202818888731776_2033498451_n

épousseter (oups, pas de photo !)

nettoyer une vitre ou un miroir (oups, pas de photo !)

épousseter, laver, et arroser une plante 

10712828_10204776190383094_9196460290119165496_n

20150324_180550

composer un bouquet (oups, pas de photo !)

laver et étendre du linge

12892_10206106778206958_6720601440624878933_n

plier et ranger du linge

11054375_10205706410838024_7157649457988484174_n img_7115

nourrir les animaux (oups, pas de photo !)

au jardin

ramasser les feuilles

13708_10205978859569072_7378154218782209388_n

planter des graines

1545223_10206077056023922_3486301235477223008_n
20150422_182514

ratisser les cailloux (pas fait, on n’a pas de cailloux !)

à la cuisine

verser de l’eau 

1782176_10202818876131461_912686956_n
mettre la table

10407909_10206100126240663_6847249972794001448_n

servir les autres (oups, pas de photo !)

nettoyer la vaisselle (oups, pas de photo !), et ranger la vaisselle

10556327_10203900688896104_1186825096401973249_n

1904080_10202893319592501_1547108936_n

presser des fruits pour faire du jus (oups, pas de photo !)

éplucher et couper des fruits et des légumes

10463898_10205877089224877_4615172068222054199_nphoto2015-04-24 12.12.082015-04-24 12.12.27

Voilà, à peu de choses près, tout ce que Luce réalise à la maison. La vie pratique, c’est SON truc. Elle adore rendre service, participer, cuisiner. C’est une adepte du « moi toute seule » ! Tentez l’aventure avec vos enfants, ça en vaut vraiment la peine ! A quel âge commencer ? Le plus tôt possible, en fonction des capacités motrices de vos enfants !

J’essayerai de compléter cet article avec les photos manquantes dans les prochains jours, afin de réaliser un tableau récapitulatif, du même ordre que ceux sur le développement sensorimoteur.

Progression générale 0/3 ans, matériel pour le développement sensori-moteur

Je remonte cet article afin de le compléter, enfin ! Luce aura 3 ans en septembre, et il temps que je mette à jour la partie du blog 0/3 ans ! J’ajoute donc le tableau de progression générale 18 mois/3 ans, concernant le développement sensorimoteur (les parties langage et vie pratique seront traitées dans d’autres articles).

J’ai commencé il y a un moment une progression générale, reprenant l’ensemble du matériel en Nido (0/18 mois), puis en Communauté enfantine (18 mois/3ans). Je sais que certains parents, non initiés à la pédagogie, achètent souvent du matériel sans trop savoir quand le proposer, ni à quoi il sert spécifiquement dans le développement de leur enfant.

J’espère que ces tableaux les aideront, en complément de l’article plus détaillé commencé ici sur le développement de la main, et de la frise globale proposée par Géraldine, de Montessori et Cie, ici.

Ce tableau condense les informations reçues en formation, recueillies lors de mes lectures, et digérées par mon expérience avec Lulu ! Il ne s’agit pas de LA vérité montessorienne, mais de MA vérité de pratique 😉

la fonction du milieu ...

Développement sensorimoteur 0/18 mois, Nido

(cliquez sur la photo pour télécharger le pdf, puis zoomez !)

dév sensorimoteur nido

Développement sensorimoteur 18 mois/3 ans, Communauté enfantine

(cliquez sur la photo pour télécharger le pdf, puis zoomez !)

progression 18 3 ans

Evidemment, ces tableaux ne sont qu’une base de travail, Luce n’a pas passé 3 ans à ne manipuler que ce matériel. Je l’ai beaucoup décliné, avec diverses propositions, notamment pour les puzzles, le tri, les pioches, le découpage, le collage …

Le développement de la main du bébé et l’adaptation des propositions

Je commence aujourd’hui à publier une série de panneaux reprenant les périodes phares du développement de la main chez le bébé à partir de la naissance, et les propositions de matériel adaptées en fonction des observations de l’enfant.

Pour commencer, un très très court résumé de la pensée de Maria Montessori au sujet de la main

Quand on parle d’un bébé, Maria avance dans L’enfant que, autour d’elle, à son époque, on considère sa « réussite » de développement selon deux critères (mais sa pensée est encore très actuelle !) :

  • l’acquisition de la marche (et le fameux Il ne marche pas encore ? que l’on entend tous, ou bien encore, Ah ça y est, il marche ! Bravo !),
  • l’acquisition de la parole, qui caractérise l’homme (les adultes ont tendance à juger l’intelligence de l’enfant sur l’âge d’arrivée de ses premiers mots, alors qu’on sait très bien que le nouveau-né communique autrement, notamment grâce à ses mains ! D’ailleurs je me demande ce que Maria Montessori aurait pensé de l’apport de la communication gestuelle chez le nouveau-né !)

Maria Montessori affirme que ces deux critères sont donc un « espèce d’horoscope » où se lit l’avenir de l’enfant, et on jugera de son avenir suivant l’âge de l’acquisition de ses deux critères, en le disant « en avance », ou « en retard ». Elle ajoute que la marche n’est pas ce qui qualifie l’intelligence chez l’homme, mais que l’organe qui définit l’homme, c’est LA MAIN, au service de l’intelligence. Les gestes et mouvements ne sont plus considérés comme de simples déplacements, mais ils se transforment en organes exécutifs de l’intelligence, rien que ça !

L’enfant qui agit sur les éléments de l’ambiance, ne le fait pas seulement comme imitation comme on pourrait le penser, mais ses mouvements sont dictés par son psychique, établis sur une connaissance. Quand l’enfant saisit un objet, ce n’est pas pour l’objet en lui-même, mais pour l’action qui y est associée. Elle insiste également sur l’importance de la préparation du milieu adapté à l’enfant (l’ambiance), indispensable pour le travail de la main, et ça, c’est le thème de cet article.

Le développement de la main

Jusqu’à deux mois, l’enfant possède encore son réflexe d’agrippement archaïque, qui va doucement s’éffacer, pour aller vers un développement cubito-palmaire, puis radio-palmaire pour arriver à la finesse de la préhension radio-digitale. Le schéma ci-dessous vous permet de visualiser ces zones.

la main

Pour plus de d’information concernant ce développement, vous pouvez vous diriger .

De l’observation à la proposition montessorienne

Je vous propose ici des documents récapitulatifs, qui vous permettront d’adapter l’environnement de votre bébé en fonction de l’observation que vous ferez du développement de sa main (les âges sont donnés à titre indicatif, c’est l’observation qui prime, comme toujours). Mes propositions concernent le matériel Montessori officiel. Mon but est aussi de vous permettre d’adapter vos propositions par rapport au matériel dont vous disposez déjà à la maison ! Je suis certaine qu’en observant les divers hochets, et jouets, vous trouverez de quoi répondre au développement de votre enfant ! 

Cliquez sur les photos pour télécharger les pdf

Les préliminaires

Les deux premiers mois de vie

observation et main 1

Vous trouverez un bandeau de peau à peau chez Minilou.

Pour les hochets, une cuillère à miel en bois convient tout à fait.
Vous pouvez trouver de très beaux hochets en bois, ici, et , encore .

La photo de la petite fille dans le transat datant de 2006, finalement, je me rends compte que nous avions déjà des propositions adaptées à l’époque, même si nous ne pratiquions pas encore la pédagogie Montessori.

Le troisième mois

panneau 2

Sur la photo, vous pouvez voir que j’avais suspendu un pompon ! On fait aussi avec ce que nous avons sous la main ! Et nous proposions déjà des matières différentes à l’époque.

Pour trouver un hochet en argent, suivant votre budget, c’est ici, ou encore  si Mamie veut bien le financer ! Murielle Lefebvre en parle dans son blog ici.

Pour les perles de préhension, vous pourrez en trouver en faisant un tour sur Etsy ou sur A little market, ou encore chez moi quand j’ai le temps d’en fabriquer.

La préhension cubito-palmaire

entre 4 et 6 mois

cubito palmaire

main et propositions 3

Pour l’anneau sur ruban, c’est par ici. Les balles de préhension, par . Vous trouverez le reste du matériel sur les boutiques Montessori en ligne, notamment Montessori spirit, S’amuser autrement, Oppa Montessori, ou encore Nature et découvertes.

Vous voyez également que dans la colonne de gauche, les objets non montessoriens répondent également aux besoins des enfants !

La préhension radio-palmaire

radiopalmaire

La préhension radio-digitale

radiodigitale

L’article sera complété au fur et à mesure de mon avancée. Je réalise ce travail à partir de mes photos personnelles, la recherche de photos est longue !

Progression autour des images classifiées

L’utilisation des images classifiées vient après que l’enfant a déjà manipulé/expérimenté à partir de vrais objets (pour rappel, en Montessori, on va toujours du concret vers l’abstrait, donc on propose en tout premier des objets, puis des photos d’objets, puis des dessins d’objets …)

Les objets classifiés, ou panier à thèmes :

Quand Luce était encore en Nido, avant l’acquisition de la marche, je lui proposais des paniers classifiés, contenants des objets autour d’un thème, je changeais le thème quand elle se lassait au bout de quelques jours. Elle touchait les objets, les observait sous tous les angles, et moi, je nommais ses actions (dans les derniers jours, une fois qu’elle en avait fait le tour au niveau sensoriel, avec ses yeux, ses mains, et sa troisième main, sa bouche !)

 « Là, tu prends le gant de toilette, tu touches, il est rugueux »
« Ceci est une brosse à cheveux, ça sert à se coiffer »

Voici diverses idées de paniers à thème :

  • objets de la salle de bain (fleur de douche, gant de toilette, brosse à dent, brosse à cheveux, brosse à ongles, savon emballé, mini tube de dentifrice)
  • objets utiles en cuisine (mini fouet, mini rouleau à pâtisserie, bouchon de liège, cuillère, fourchette, minuteur, boule à thé, éponge)
  • panier de la mer au retour des vacances (coquillages, pot à confiture rempli de sable, algues séchées, bois flotté, galets …),
  • panier de l’automne (pommes de pin, feuilles séchées, mousse, coquille d’escargot …)
  • fruits,
  • légumes,
  • véhicules miniatures,
  • figurines d’animaux de la ferme …
Les images classifiées :
Qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’une série de photos/images, autour d’un thème, qui a pour but d’enrichir le vocabulaire de l’enfant. En général, on propose une dizaine d’images par thème. Les photos/images doivent être suffisamment grandes et épaisses pour être manipulées facilement par l’enfant, surtout quand l’enfant est petit, la manipulation de photos plastifiées est difficile, pour cette raison, j’utilise un tapis ou un set de table en coton, les petits doigts attrapent plus facilement les cartes !

Comment les utiliser ?

Il existe plusieurs manières de les utiliser (la partie concernant ces images classifiées était vraiment maigre lors de ma formation, il s’agit donc ici de MA propre façon de faire, sans doute non montessorienne, mais qui fait preuve de bon sens). Normalement, il faudrait attendre que l’enfant montre une sensibilité pour tel ou tel thème pour les proposer, mais avec Luce, je peux toujours attendre, ou alors j’ai raté mes observations  (sauf pour les moyens de transports pour lesquels elle a montré un réel attrait).

J’ai donc opté pour lui présenter en fonction :

  • soit de ses besoins/envies que j’avais observés (sensibilité pour les moyens de transports par exemple)
  • soit de ma logique (connaître le nom des fruits et des légumes, c’est important …)
  • soit de nos activités du moment (vacances à la montagne, à la mer …)
  • soit de mes envies de jeux (mises en paires, mémory …)
Les premières utilisations, en Nido : 

En tout premier, très tôt, vers 8 mois, alors qu’elle connaissait déjà beaucoup d’animaux suite à nos lectures d’imagiers (oui, du coup, les images classifiées, ça peut paraître redondant), ou comptines signées, ou manipulation des figurines, je lui ai proposé la toute première série d’images classifiées, téléchargée sur le blog de A la douce , concernant les animaux les plus courants. J’avais collé ces photos sur des cartons entoilés, format 10/15 pour rendre la manipulation plus aisée.

P1030092

P1030093

Sur cette photo, Luce a 10 mois, elle établit la relation
entre la photo du poisson dans sa main, et les poissons dans l’aquarium !

On prenait du temps ensemble pour les regarder, je les nommais en les signant. Plus tard, quand elle commençait à les connaître, on en sélectionnait 3, et je donnais des ordres du type :

Montre-moi la vache.
Donne-moi le mouton.
Où est le cochon ?

Comme je pratique la langue des signes, les mots principaux des ordres étaient doublés par les signes : Où est le cochon ? (en prononçant la phrase, je signais Où puis cochon)

Ensuite, nous passions à un exercice du type leçon en trois temps non conventionnelle. Elle est normalement introduite beaucoup plus tard, quand l’enfant parle, mais avec les signes, tout devient possible plus tôt ! J’en profitais donc pour lui demander en pointant la carte « Qu’est-ce que c’est ?« , et elle me répondait en signant.

Voici une vidéo où elle signe/bruite à partir d’un livre de Delebecque (je n’ai pas de vidéo lors de l’utilisation des images classifiées, dommage !)

Du point de vue pratique : 

En général, j’ai 3 séries de cartes disposées sur les étagères, que je fais tourner en fonction des besoins/envies. J’ai testé plusieurs solutions pour les ranger, les pochettes en papier, les pochettes à rabats, les petits plateaux, et finalement, j’ai trouvé ce qui me semblait désormais le plus pratique : les pochettes à zip transparentes.

20150216_170817

Certains proposent les cartes d’un même thème reliées par des anneaux, comme un livre, on pourrait également utiliser un album photo. J’ai fait le choix de ne pas attacher mes cartes ensemble pour deux raisons : nous avons déjà énormément de livres et d’imagiers, je trouvais ça redondant, et surtout, les cartes classifiées, étalées sur un tapis ou un table, permettent une vision d’ensemble d’un thème : l’enfant peut voit simultanément dix images sur un même thème, ce qu’il ne pourrait pas faire si les images étaient reliées entre elles. Hors la classification est un élément très important dans le développement du langage chez l’enfant.

Plus tard, en communauté enfantine : 

Plus tard, j’ai introduit des thèmes comme les transports, les fruits, les légumes, les instruments de musique, l’hiver, les animaux de la mer, les insectes, l’automne, les vêtements, les animaux de la forêt , le printemps …

Voilà comment je procède avec mes séries d’images :

  •  Je dispose une nouvelle série d’images sur les étagères, j’attends de voir si Luce s’y intéresse ou non : si elle s’y intéresse, je la laisse les regarder, les manipuler, les ranger, si elle ne s’y intéresse pas, je lui fais remarquer que j’ai disposé une nouvelle série d’images sur ses étagères, et si vraiment elle ne les utilise pas, je lui propose de les regarder avec elle,

20140922_183658

  • au bout de plusieurs manipulations, je me mets à côté d’elle, on les regarde ensemble et je les nomme, ça peut durer jusqu’à 30 minutes parfois, avec ses « Et ça, qu’est-ce que c’est ? »,
  • le lendemain, j’en sélectionne 3 ou 4 dans la pochette, et je lui demande Où est  … ? Montre-moi … ? et si je vois qu’elle les connaît, je passe à la question Qu’est-ce que c’est ? (une sorte de leçon en trois temps montessorienne, mais vraiment pas stricte du tout),
  • pour relancer l’intérêt de la série, si j’ai la chance de posséder les objets ou les miniatures, je dispose sur un plateau environ 6 cartes avec leurs figurines, Luce connaît très bien cette activité désormais, et fonce directement pour effectuer une mise en paires. Elle prononce le nom de la carte, puis choisit la figurine en signant « même ». (Elle parle, mais ce signe reste très présent au quotidien). Si je n’ai pas les figurines, j’utilise un deuxième exemplaire de cartes.

classifiées transport

  • enfin, pour utiliser une dernière fois la série avant de la ranger, quand Luce en a vraiment fait le tour,  nous jouons au mémory avec 4 cartes et leurs doubles sélectionnés, parfois encore, je mets en place un plateau avec les cartes, et à côté les figurines correspondantes dans une pioche : elle tire une carte et cherche sans regarder la figurine associée dans la pioche stéréognostique.
La question du texte sous l’image : 

La question du texte sous l’image est souvent posée. Je n’émets pas d’avis tranché sur la question. Luce est confrontée à l’écrit depuis qu’elle est toute petite, dans les nombreux livres que nous lisons au quotidien. Elle me demande d’ailleurs souvent : « écrit quoi là ? ». J’ai envie de vous donner ma solution :

  • si vous faites vous même vos cartes, créez-les grandes (format 15/15 minimum, les miennes sont trop petites), et sans écriture, afin que l’enfant se concentre seulement sur la photo ou l’image, et si comme certaines de mes amies, vous avez du mal avec le vocabulaire d’une série, écrivez le nom au dos de la carte, en petit 😉
  • si vous téléchargez et imprimez des cartes toutes faites, utilisez-les telles qu’elles ! Notre temps est précieux, n’est-ce pas ?

Vous trouverez également des pistes de réflexion sur cet article du blog Merci Montessori, et j’attends vos suggestions !