Non votre ado n’est pas feignant, Nathalie Anton, Eyrolles

Tous les jours, Zoé, mon aînée de 11 ans, passe devant ce livre en disant (oui parce qu’il traîne depuis un moment sur ma table de nuit), : « Votre ado n’est pas feignant hum hum … Moi si, j’ai tout le temps la flemme ! »

Alors voilà, scolarisé ou non, un pré-ado reste un pré-ado, doté de nombreuses étiquettes (qu’il se donne parfois lui-même à tort !) dont celle du « feignant ». Pourtant, cette pseudo fainéantise apparente n’est que la mauvaise interprétation d’une observation : les besoins de l’adolescent étant bien plus profonds et ne répondant qu’à une spécificité de son développement cérébral.

Maria Montessori parlait de l’adolescence comme une renaissance et qualifiait l’adolescent « d’embryon social ». A l’adolescence, l’enfant a besoin de déconstruire pour reconstruire (vous avez tous vu Vice Versa, n’est-ce pas ?) tous les concepts qu’il a absorbés étant enfant (avant 12 ans) en se confrontant aux autres. Et c’est là qu’est son grand travail, et que ce grand travail, il fatigue beaucoup !

La société lui demande pourtant un tout autre travail, celui de se conformer à des attentes, à des programmes, à des évaluations … dans un cadre inadapté à ses besoins physiologiques et psychologiques.

Se conformer alors qu’on a besoin de se confronter … c’est bien compliqué !

Mes aînés rentrant gentiment (non en fait, c’est parfois bien compliqué, même quand nous sommes des parents avertis ayant beaucoup lu sur le fonctionnement cérébral et sur le développement de l’enfant) dans la préadolescence qui arrive de plus en plus tôt, fait étant lié à l’évolution de notre société qui expose les enfants aux perturbateurs endocriniens d’un côté, et à des sollicitations qui ne sont pas de l’âge des enfants de l’autre, ce livre m’a beaucoup parlé et m’a donné des clés pour mieux accompagner mes enfants dans leur non-scolarité (vous pouvez transposer la même phrase à vos enfants scolarisés !) Oui, cette phrase est très longue, je n’ai pas trouvé comment la raccourcir …

L’auteur

Nathalie Anton est psychologue et professeur en collège et lycée. Après avoir enseigné pendant 12 ans en France, elle travaille désormais au lycée français de New York où elle développe un programme dédié à l’apprentissage socio-émotionnel et au bien-être des élèves. Son blog est d’une richesse absolue (il faut juste comprendre que les catégories de son blog sont tout en bas de l’écran pour faire une recherche par catégories).

L’auteur a donc bien compris les besoins spécifiques des adolescents d’un côté, et ceux de la société de l’autre. Elle met tout ça en lien dans son livre.

Le livre

Publié chez Eyrolles (qui fait décidément du bon boulot en ce moment !), il s’organise en trois grosses parties dont les titres sont vraiment évocateurs de scolarisation, mais vous pouvez facilement les transposer à l’IEF :

  • Mon enfant travaille mais n’a pas de bonnes notes (Mon enfant travaille beaucoup mais son travail ne semble pas efficace)
  • L’école ne l’intéresse pas (Le travail scolaire ne l’intéresse pas)
  • Ses difficultés me semblent plus profondes

eyrolles

Partie 1

Mon enfant travaille mais n’a pas de bonnes notes ou « Pourquoi il travaille tant et semble découragé par son inefficacité ? »

Ce chapitre traite de l’importance de l’organisation matérielle et du cadre de travail. Il donne des informations concrètes en terme de gestion du temps, de gestion du matériel … L’auteur insiste sur le bien-être et sur l’importance de garder du temps pour soi et les loisirs. Elle fait un focus sur la prévention du stress, sur le sommeil spécifique des ados (on y parle d’ailleurs « écrans »), ou encore sur les spécificités de la préadolescence.

J’ai beaucoup aimé la partie consacrée à l’accompagnement de l’enfant dans son autonomie au travail.


eyrollesPartie 2

L’école ne l’intéresse pas ou « Le travail scolaire ne l’intéresse pas ».

Ce que j’aime vraiment dans cette partie, c’est que l’auteur met en parallèle les attentes des adultes éducateurs et les besoins des adolescents : pression sociale et scolaire avec une grosse demande de performance d’un côté, besoin d’affirmation de soi et de protection de l’autre …

L’auteur apporte des réponses aux questions que se posent les parents en terme d’écrans, de lecture, de décrochage scolaire ou de redoublement, et puis, surtout, elle propose des pistes pour lutter contre le décrochage scolaire et pour que les parents trouvent le bon dosage dans l’implication de la scolarité de leurs enfants (parce que non, il n’y a pas que l’école dans la vie !)


eyrollesPartie 3

La partie « Ses difficultés me semblent plus profondes » aborde à la fois les problèmes spécifiques aux apprentissages et les problèmes sociaux, psychologiques et relationnels.

L’auteur y parle bilinguisme, précocité et troubles dys et tdah, mais aussi cyberviolence, dépression, harcèlement, suicide, et drogue. Pour chaque problème, l’auteur liste un plan d’action concret, à la portée de tout parent.

eyrollesAnnexes

Dans les annexes, vous trouverez les interlocuteurs vers qui se tourner et dans la bibliographie, des références de lecture pour entrer plus en profondeur dans le sujet (mais ce livre est déjà extrêmement aidant !)


En conclusion, je dirais que ce livre est un trésor à mettre entre les mains de tous les parents d’ados scolarisés, un condensé de toutes les connaissances et compétences nécessaires pour cerner la nature des problèmes de son enfant et tenter de les résoudre en toute bienveillance.

Vous pouvez trouver ce livre dans votre librairie, sur Internet, mais aussi en suivant ce lien affilié (qui aide à faire vivre l’association) :

Cliquez ici

3 commentaires sur « Non votre ado n’est pas feignant, Nathalie Anton, Eyrolles »

  1. Merci ! Pour l’avoir également parcouru, je lui préfère ‘on ne se comprend plus’ de I. Filiozat, à la fois illustré et rempli d’anecdotes criantes de vérité. Il me semble plus documenté.

    J'aime

  2. Intéressant. Je note ! En tout cas, j’aime beaucoup le titre. En effet, l’adolescent n’est pas fainéant, il a des besoins spécifiques qui le transforment parfois en marmotte. 😉 Disons que son rythme personnel n’est généralement pas de se lever tôt et c’est là qu’est la première incompréhension. Merci pour le partage !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s