Premier trimestre CE1, le français et les mathématiques, Lulu

Comme à mon habitude, je continue les grandes récaps’ qui m’aident à rédiger les bilans des enfants pour les inspections et à faire un point sur ce qui a été fait pendant le trimestre. Luce devrait être scolarisée en CP mais l’IEF nous donne la souplesse d’adapter les apprentissages à ses besoins. Elle suit donc plus ou moins le programme de CE1 cette année. Je lui donne un plan de travail à la journée (oui oui, sinon, elle tourne en rond sans rien faire …) De mon côté, je suis plus ou moins une progression annuelle, de loin, même de très loin parfois, et un emploi du temps à la semaine (de très très très loin).

Je détaillerai ici les activités formelles de français et mathématiques, gardant l’informel pour un autre article récap’ familial.

langage

Nos outils les plus utilisés :

Les activités de lecture :

Nous continuons l’apprentissage des sons avec le fichier de Lutin Bazar. Même si elle lit plus que couramment, il me semble opportun de fixer ces acquis. Chaque semaine, un nouveau son est introduit (en lien avec les dictées). Ces activités lui permettent d’écrire sur un cahier, et ça, c’est plutôt bien 🙂

Pour l’amener à plus de finesse et de compréhension en lecture, nous travaillons les compétences fines à partir du fichier Arthur que j’aime beaucoup depuis de très très nombreuses années déjà. J’utilise cette progression pour plus de simplicité.

Cette année, j’utilise également les gammes de lecture.

gammes de lecture.jpg

Concernant la lecture d’œuvres longues, elle aime Ribambelle, qui propose des activités intéressantes, de la production d’écrits, des questions de lecture. Nous avons terminé KOLOS.

Nous avons également mené un projet autour de La chasse à l’ours, après l’avoir vu au cinéma. J’avais imprimé le matériel disponible sur le site Little KMBO.

IMG_20181023_113945_675

Pour tout le reste, je la laisse libre de choisir dans notre immense bibliothèque de maison ce qu’elle veut lire. Elle emprunte également beaucoup d’albums à la médiathèque. Voici quelques-unes de ses lectures préférées du moment :

Elle a aussi dévoré ma sélection de livres de Noël et mes livres 🙂

IMG_20180917_095349.jpg

Les activités d’orthographe :

Le grand travail de cette année, c’est surtout de travailler l’orthographe. Le travail se fait plutôt facilement avec elle. Dernière d’une fratrie, elle a baigné dedans depuis sa naissance. Elle s’appuie donc naturellement sur les mots de la même famille pour trouver les lettres muettes des mots, son excellente mémoire faisant le reste. Comme chez sa sœur aînée, on pourrait croire que c’est inné.

Toutefois, cet apprentissage est très régulier. Chaque jour, elle mémorise l’orthographe de nouveaux mots (matériel de Lutin Bazar sus-cité). Pour ça, elle écrit sur de petites étiquettes les mots du jour avant de les glisser dans sa valise de mots. De temps en temps, elle pioche 10 étiquettes, les dicte à son dictaphone, les écrit sous la dictée du dictaphone dans son cahier spécial (merci l’Allemagne), et s’auto-corrige avec les étiquettes.

IMG_20181019_133257_085

Quand l’orthographe d’un mot est acquise sur le long terme, je supprime l’étiquette de sa boîte. Quand un mot coince, elle l’écrit sur un post-it et le colle sur le placard de l’entrée (il y a toujours 2 ou 3 post-it qui traînent, mais la méthode est infaillible).

Luce aime beaucoup l’exercice de la dictée, et nous demande sans cesse des mots à écrire : sur ardoise, sur cahier, sur le mur de la salle de bain avec ses craies de bain …

dav
une dictée de septembre … et son fameux « VOIYAJ » !

Avec le calendrier de l’Avent Larousse, comme chaque enveloppe contenait une lettre rugueuse, je lui ai proposé de chercher tous les jours 5 mots dans son dictionnaire Eurêka, l’occasion de s’entraîner à chercher dans le dictionnaire et à découvrir de nouveaux mots.

La progression de Lutin Bazar permet également de travailler les dictées de phrases, donc l’orthographe grammaticale, en lien avec les notions vues en parallèle en grammaire.

Les activités de grammaire et de conjugaison :

Pour ces activités, j’utilise surtout la pédagogie Montessori, les jeux que je trouve sur Internet ainsi que le matériel mis à disposition sur ce blog.

  • Nous avons travaillé la phrase (phrase verbale, non verbale, ponctuation de la phrase …) à partir d’un plateau de jeu de l’école de Crevette et les jeux en ligne de Clic ma classe.

IMG_20181203_123403.jpg

 

IMG_20181206_113211.jpg

IMG_20181128_104241.jpg

A gauche de la photo, vous apercevez son cahier d’aide de français, où elle glisse ses aides et cartes mentales. Elle s’y réfère très souvent, c’est un outil précieux.

Les activités de vocabulaire : 

Luce a travaillé sur le mot étiquette, les mots de la même famille et remplacer « avoir, faire, mettre … » à partir du matériel que j’ai créé et de jeux.

Et puis tout le reste …

Elle partage avec son frère (dysorthographique) la rééducation intensive autour de la morphologie dérivationnelle et la conjugaison. Elle joue donc à beaucoup de jeux de conjugaison (à l’oral), et à Préfixo/Suffixo.

2015-07-24-16-09-04_1524322.jpg

Elle écrit énormément sur son journal intime, sur son journal intime numérique, sur Word … et pour tout ça, je la laisse libre, totalement libre (je vous assure qu’au troisième enfant instruit en famille, on se détend vachement !)

Mathématiques

Nos outils les plus utilisés :

La numération :

En plus des activités proposées dans son fichier Vivre les maths, Luce a aimé ressortir le tableau de 100.

IMG_20181004_112953.jpg

La résolution de problèmes :

Elle a passé des journées entières a résoudre des petits problèmes, en s’appuyant sur la mémorisation des opérations ou en sortant du matériel pour diviser. Un vrai régal de l’observer (je parlais déjà, quand elle avait 3 ans 1/2, de son magnifique potentiel libéré).

La mémorisation des opérations et le calcul mental :

Doubles et moitiés, compléments à la dizaine et à la centaine (proche ou éloignée), tables de multiplications. Tout y passe avec Lulu qui en demande encore et toujours (même quand nous sommes en famille en train de regarder un film, elle me demande de lui écrire des multiplications …)

dav
Fichier Jocatop CE1
dav
Compléments à 10 avec Logiciel éducatif

La technique opératoire :

Nous sommes arrivées à la technique finale de l’addition, de la soustraction et de la multiplication à un chiffre. Nous continuons néanmoins à manipuler le matériel de la pédagogie Montessori (je fais sans cesse des allers-retours entre concret et abstrait, car même si je trouve la progression montessorienne intéressante, je trouve qu’elle oublie parfois de revenir au concret une fois la technique finale acquise, surtout quand on a un enfant qui va trop vite à l’abstraction).

 

Et puis surtout, je mets la technique opératoire au service de la résolution de problèmes pour mettre du sens derrière toute cette technique.

IMG_20181017_110649.jpg

Ce que Lulu préfère par dessus tout, ce sont les éprouvettes de la division, et surtout l’envie de faire comme les grands (je vous ai dit qu’elle me parlait de nombres négatifs, maintenant qu’elle a vu sa sœur manipuler le matériel des nombres relatifs, elle veut aussi jouer avec !)

IMG_20180920_150302.jpg

J’essaye autant que possible de mettre en place des jeux. Un petit exemple ici avec une cible et de l’addition en colonnes.

dav

La géométrie :

Nous avons surtout travaillé autour des propriétés des quadrilatères et des solides. Nous avons aussi passé du temps sur la latéralisation.

 

Elle a passé du temps à me regarder manipuler les triangles constructeurs, à travers l’écran de son appareil photo en position vidéo … Du grand Lulu, mais on s’adapte 🙂

Les mesures :

Luce a continué son travail entamé sur l’heure.

dav

Et puis, nous nous amusons beaucoup autour de nos plateaux d’estimations.

 

Les autres activités seront détaillées dans un article commun à mes trois enfants 🙂

Merci d'avoir lu cet article, retrouvez mes livres ci-dessous 😉

4 commentaires sur « Premier trimestre CE1, le français et les mathématiques, Lulu »

  1. Bonjour! (je vois maintenant la taille du message, mes excuses par avance)

    Tout d’abord, je vous souhaite une excellente année en famille, pleine d’explorations, de joie, de découverte et en pleine santé!

    Cela fait bien longtemps que je me promène régulièrement sur votre blog, je m’y sens bien, il est rempli de bienveillance et de bon sens (ce qui manque parfois à notre quotidien). Félicitation et merci pour celui-ci, et pour tout le reste! Quel travail!

    Je suis maman de deux petites filles de 7 ans et demi (elles sont jumelles), psychologue clinicienne depuis 12 ans dans un EHPAD (maison de retraite) qui accueille exclusivement des personne âgées ayant des troubles cognitifs (maladie d’Alzheimer et troubles apparentés).Paradoxalment, cela m’aide à comprendre certain comportements des enfants (eh oui, cerveau frontal, quand tu nous joues des tours) et aussi la manière dont peut fonctionner la mémoire et le traitement de l’info. Je suis fille d’instit et sœur d’instit. (en fait, cela fait une combinaison explosive je crois).

    J’ai vraiment aimé l’école (primaire) et j’ai toujours pensé que l’école était une chance.
    Mais notre de vie de famille a vraiment changé depuis que mes filles sont scolarisées.
    Elles se débrouillent très bien à l’école, aiment apprendre, sont curieuses, et se comportent de manière adaptée et respectueuse à l’école.

    Mais quand elles rentrent à la maison, elles sont dans la décharge motrice et émotionnelle, mais vraiment beaucoup beaucoup.

    Disons, que certaines de mes collègues infirmières donneraient des psychotropes à des résidents pour bien moins que ça! (mais c’est autre débat!).

    J’ai lâché deux de mes postes pour ne travailler qu’à mi-temps, lorsque mes filles sont entrées en maternelle: » le temps passe trop vite, il faut que je fasse quelque chose! » « oulala le rythme, ça va être dur pour elles (elles dormaient encore 3h l’après-midi, or l’école ne durait que deux heures l’après-midi).
    J’ai négocié au mieux avec l’employeur qui me restait pour travailler surtout le matin, mais je travaille tout de même 2 après-midis par semaine.

    Quand mes filles ont commencé à exprimer beaucoup de colère, je me suis tournée vers la lecture (ma formation me laissant démunie, les cordonniers étant les plus mal chaussés, et surtout ce que l’on apprend à 19-24 ans sans enfant, ne résonne pas pareil qu’à 30 ans quand on est maman).
    Alors j’ai dévoré Filliozat, Guegen, Rosenberg, Ginott, Gordon et d’autres encore, qui m’ont vraiment aidée, quoiqu’une formation serait vraiment un plus.

    Mais la période scolaire reste toujours quasi un calvaire pour moi, alors qu’en période de vacances, mes filles ne sont plus du tout les mêmes personnes.

    Malgré cela, les premières années, je faisais vraiment confiance à l’école, et je pensais que cela allait s’arranger avec le temps.

    Entre-temps j’ai lu Céline Alvarez (mince alors, ça m’a boulversée), puis mes filles sont rentrées au CP…. et la vie à la maison est devenue encore plus dure! Disons que les enseignantes de l’école primaire sont investies et travaillent dur, mais elles donnent l’impression d’être au service militaire….
    Leur maîtresse lors de la première rencontre enseignant/parents, les a décrites comme « bonnes » et « dociles » et toute leur classe comme « bébé » (que des étiquettes, ce fut dur pour moi).

    Il y a vraiment plein de choses qui me posent problème à l’école: les étiquettes, le système de récompense/punition, la manière d’apprendre….. Je pourrais raconter tant de choses!

    Avant que mes filles aillent à l’école, j’étais convaincue que je devais leur transmettre les bases pour qu’elles soient respectueuses avec leur maîtresse, leurs camarades, et c’est le cas. Je pensais que les enseignants n’étaient pas là pour « éduquer » les enfants, que c’était notre travail à nous parents (et encore, je n’aime pas tout à fait ce mot d’éduquer).

    Mais l’école entrave largement ma manière d’élever mes enfants, et les valeurs que j’ai envie de leur transmettre.

    Cette année, la maîtresse fonctionne par croix, clés rouges, oranges,vertes, récompenses et punitions.
    Elle ne demande même plus aux enfants ce qu’elle attend d’eux, mais dit « X, t’as une croix ».

    Nous avons une école Montessori 2 villages plus loin, mais à 500 euros par mois par enfant, ce n’est pas possible.

    Cela fait environ 2 ans que je cogite, et je me sens au point mort, démunie. Car en plus, je suis convaincue que les enfants apprennent un peu à l’envers à l’école (je ne vais pas vous envahir d’exemples).

    Je suis partie à la recherche d’une école ferme dans les parages, sait-on jamais.
    Je suis tombée sur l’école Steiner. Je suis allée voir des pédagogues puis nous sommes allés en famille à leur marché de Noël. La pédagogie me convient assez bien (mes filles seraient heureuses de grimper aux arbres, faire des activités manuelles (et je pense que c’est plus logique de commencer dans ce sens là: je cuisine donc j’ai besoin de peser, je bricole donc à un moment je vais devoir mesurer etc), mais je me suis sentie mal dans cette école. Cela ne s’explique pas,c’est une sensation. (financièrement, cela aurait été du domaine du possible, puisque les parents participent financièrement selon un pourcentage (principe d’équité et non d’égalité), et participe beaucoup à tout: ménage….): et tout cela a également du sens pour moi.

    Mon conjoint s’est aussi senti mal dans cet école. Opressé.

    Bref….

    Dans tous ces méandres, j’ai lu Charlotte Poussin, Montessori (un peu), John Holt, Peter Gray (Libre pour apprendre, si vous ne l’avez pas encore lu, je pense qu’il vous donnerait du courage pour vos jours de doute).

    Me voilà peu avancée.
    Je ne me sens pas capable de mener seule l’IEF (même financièrement, à moins de vendre notre maison, cela n’est pas possible-et notre jardin est vraiment quelque chose qui me tient à cœur, mes filles m’en voudraient de renoncer à ça je pense).

    J’ai eu un coup d’optimisme en me disant qu’il était peut être possible de mener quelque chose à plusieurs familles (bien sûr c’est assez utopiste, et les chances de trouver des parents avec qui cela fonctionne sont sans doute minces, mais en tant que maman, je me dis que si je n’essaie pas, je m’en voudrais un jour, et que si j’ai essayé tout ce qui était possible à hauteur de mes capacités, au moins j’aurais essayé), mais je vois, que cela semble impossible dans le cadre de légal de l’IEF (puisque, si j’ai bien compris, elle ne s’adresse qu’aux enfants du même foyer).

    Je me voyais assez bien à la recherche d’un parent avec lequel nous puissions partager l’ief, travaillant en contre équipe, accueillant alternativement notre « bande d’enfants », en nous enrichissant mutuellement, l’autre parent nous permettant de prendre du recul, de faire rencontrer une autre manière de vivre à nos enfants, et surtout que nos enfants ne restent pas seulement dans leur fratrie (des sœurs jumelles en plus….). Surtout, j’étais partie de cette idée « ah, si seulement ma sœur (enseignante) habitait à côté », et de là des rêve improbables, mais pas si bêtes (je confierai avec bonheur mes filles à ma sœur, alors que là, en gros, c’est comme si l’état estimait que Mme Truc était mieux même d’instruire mes enfants que mon conjoint et moi).

    Après-tout, j’ai confié mes filles pendant 6 ans à une nounou….

    Bref, m’en voici là de mes élucubrations pour la nouvelle année. Je me demande si je dois me résigner? Ou ne suis-je pas assez courageuse pour changer totalement de vie?

    J’ai un peu envahi votre blog, j’espère ne pas avoir trop dérangé!!!! Mais je crois que je fatigue un peu mon conjoint en ce moment, et je ne sais plus trop comment avancer (doit-on vraiment en passer par tant de souffrance à l’école pour apprendre? et je suis fatiguée d’absorber tant d’émotions, on aurait tant d’autres choses à vivre)

    A l’occasion, j’écrirai des messages plus en rapport et moins envahissants: sur la grammaire, l’orthographe….
    Il y a des choses qui me trottent dans la tête (oui, il y a encore de la place).

    Si vous êtes arrivées au bout de ce message, merci de m’avoir lue, et j’espère à bientôt (peut-être si vous faites un tour en Alsace, qui sait? je crois que cet été, ce sera thème châteaux pour nous).

    Encore bonne année

    Stéphanie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.