Apprendre à écrire avec la méthode Dumont … nos expérimentations avec Lulu …

Depuis décembre, je me suis plongée dans la lecture et la digestion du livre « Le geste d’écriture » de Danièle Dumont, en format Kindle pour le moment, mais il est réédité en août avec de nombreux ajouts !

Livre-geste-d-ecriture

Voici le site de l’auteur, Le geste d’écriture, qui, après avoir enseigné, est désormais rééducatrice de l’écriture, auteur, formatrice. Elle intervient dans les IUFM et forme les enseignants, anime des conférences et des colloques. J’ai comme une envie d’aller rencontrer cette dame. Et, en attendant que ça puisse se programmer, j’ai lu et relu (3 fois) son livre, j’ai épluché son site, j’ai acheté les petits cahiers, je me suis inscrite sur le groupe facebook dédié à cette pédagogie … Et évidemment, j’ai testé avec Lulu.

Après avoir feuilleté les premières pages du livre la première fois, je me suis rappelé l’avoir lu quand j’étais à l’IUFM … sans pour autant l’avoir appliqué lors de mes premières années d’enseignement. J’ai toujours été contre le graphisme sur fiches, j’ai toujours été outrée par les modèles et les méthodes utilisés, mais évidemment, je n’ai jamais eu les outils à l’époque pour faire autrement. C’est quand même drôlement chouette d’être en disponibilité et d’avoir le temps de s’auto-former.

Quand vous lisez son livre, vous êtes à la fois déroutée (puisque ça va à l’encontre de ce qui se fait un peu partout), et excitée (mais oui, elle a raison !). Tout coule de source ! Le livre est parfois un peu rude à comprendre, mais une fois entrée dans la méthode, c’est une évidence, c’est clair, limpide !

Alors, la méthode Dumont, c’est quoi ? (enfin, ce que j’en ai retenu à ce jour)

  • une méthode qui met en place de nombreuses bases avant de mettre un crayon dans les mains des enfants,
  • une méthode qui affirme que le graphisme ne prépare pas à l’écriture (et bon sang, j’en ai toujours été convaincue !),
  • une méthode qui prépare le corps, qui prend en charge la globalité de l’enfant et qui ne s’oriente pas que sur les doigts,
  • une méthode que l’enfant vit à travers de nombreuses expériences, qui joue sur la transversalité des apprentissages,
  • une méthode qui part de deux formes de base, ayant chacune deux dérivées (plus une dérivée secondaire),
  • une méthode qui s’inscrit complètement dans les nouveaux programmes de l’école maternelle,
  • une méthode qui peut absolument être menée en parallèle de la pédagogie Montessori.

(Bon, j’ai certainement loupé de nombreuses choses, mais il va me falloir des années pour la tester, la digérer … seulement, j’avais trop envie de vous en parler !)

La méthode mise sur des compétences de base à mettre en place, afin d’arriver à une finalité : une écriture fluide, lisible, claire, bien disposée dans la page. On prend en compte le bien-être corporel de l’enfant dans cette méthode, voulant lui éviter toute tension musculaire pendant l’acte d’écriture, et ça, moi, la folle des postures et de la prévention, j’ai beaucoup aimé !

Les compétences de base travaillées avec la méthode sont :

  • la latéralisation (afin de connaître son schéma corporel et permettre le repérage dans l’espace),
  • le développement des compétences motrices (afin d’acquérir la mobilité nécessaire pour utiliser correctement un outil scripteur),
  • le développement des compétences visuospatiales et auditives (afin d’organiser l’espace graphique),
  • le développement des compétences kinesthésiques (afin de gérer la dynamique dans l’espace graphique),

Ces compétences se travaillent en parallèle, et une fois que le livre « Le geste d’écriture » a été lu, les petits cahiers aident bien à mettre en place les activités. La pratique de la pédagogie pendant la tranche d’âge 0/3 ans a également bien aidé Luce à développer les compétences nécessaires à la gestion de l’espace graphique. Je pense notamment à tout le matériel de vie sensorielle.

Les activités de vie pratique ont permis indirectement de préparer sa main à la tenue de l’outil scripteur. Je dis indirectement, car, même si tout le travail de la main grâce à ces activités, mais aussi grâce à l’utilisation de la langue des signes ont musclé et assouplit ses mains, la tenue d’un crayon se prépare de manière bien spécifique ! Les exercices préliminaires sont parfaitement expliqués dans le livre et dans les petits livrets.

Cette année, nous avons dont concentré nos efforts sur le premier petit cahier.

41xJgUNlX-L

Un article trouvé sur Ecoles 48 résume très bien le programme de petite section, je vous laisse le découvrir ici :

Cliquer ici

 

Avec Lulu, nous avons donc travaillé :

  • le schéma corporel
  • le repérage dans l’espace
  • la tenue du crayon
  • le déplacement des organes scripteurs
  • l’horizontalité et la régularité des espaces

… tout ça sans écrire une lettre, ni faire de graphisme ou repasser sur des formes … Y-a-il urgence à écrire des lettres en petite section alors qu’un alphabet mobile peut très bien permettre aux enfants de composer leurs premiers mots ? Elle aura quand même appris seule à écrire son prénom en capitales !

Pour illustrer notre année, voici quelques photos et vidéos de nos activités. J’avais une vidéo d’une comptine toute mimi, proposée dans le livre, mais je ne la retrouve pas ! Grrrr … Il s’agit de la chanson de la fouine, pour bien placer les doigts sur le crayon.

Tout d’abord, je commence par quelques photos (REMEMBER !) de communauté enfantine (18 mois/3ans). Les activités ont donc préparé indirectement sa main, mais également toute la coordination visuo-motrice.

Oh la belle période sensible de l’ordre … et de l’alignement !

Des activités plus spécifiques ont été mises en place pour muscler les doigts (pouce/index/majeur) qui vont tenir le crayon (mais attention, il existe des activités spécifiques pour la tenue du crayon).

Pour rappel, le crayon est maintenu entre le pouce et le majeur, l’index servant de guide.

Ici, elle découvre le Petit poucet pour travailler l’alignement et l’espacement de façon concrète …

20160114_110047

Elle travaille la position de la main et ses appuis (développer les compétences motrices).

20160121_110333

Ici, c’est le déplacement du bras entier (gérer la dynamique dans l’espace graphique) qui est travaillé.

Là, on travaille les alignements (organiser l’espace graphique),

Mais aussi la dynamique de l’espace graphique au travers de manipulations avant de les décontextualiser sur le papier.

20160624_112815

Vous l’aurez donc compris, apprendre à un enfant à écrire ne se limite pas à lui faire reproduire des lettres ou à l’inciter à repasser sur des modèles qui contraindraient complètement le geste. Le but est d’arriver, à terme, à une écriture fluide, lisible, ne provoquant aucune tension musculaire.

Il est inutile d’acheter les petits cahiers et de les proposer à l’enfant sans avoir lu « Le geste d’écriture » et l’avoir compris et digéré😉

Pour aller plus loin :

http://legestedecriture.fr/

http://legestedecriture.fr/livres-et-cahiers-pour-la-classe/

10 commentaires sur « Apprendre à écrire avec la méthode Dumont … nos expérimentations avec Lulu … »

  1. Superbe résumé (comme d’hab je dirai!!)
    J’ai comme toi relu (et redécouvert) le livre cet automne et testé avec Zélie le livret 1 , elle a adoré , j’ai trouvé les exercices très judicieux!
    Bon par contre, j’ai lu, relu et re-relu plusieurs passages, car je le trouve par moment assez complexe. Et comme toi, ça bouscule … OMG … les fiches de graphisme pour préparer à l’écriture que j’ai fait avaler aux élèves, le lignes de boucles sans s’arrêter et sans changement de taille ;-(
    Et puis j’avoue , j’ai une amie qui a fait la formation et après avoir papoté avec elle quelques heures dans son petit cabinet de réécriture et en l’écoutant me dire que même elle était bluffée , on ne peut qu’être convaincue!! J’attaquerai le 2 dés septembre je pense!

    J'aime

  2. Bonjour, je trouve votre vision du livre excellente pour une personne l’ayant décortiqué seule… j’ai suivi la formation de Danièle en rééducation de l’écriture et peux vous dire que je n’ai saisi tous les tenants et aboutissants de sa méthode qu’ après l’avoir entendu nous expliquer. Bravo. Je voulais juste vous dire qu’en voyant la photo de Lulu écrire, elle adopte une mauvaise posture du bras. Son bras doit être tout entier en appui sur la table. Son poignet est en pont sur l’image. C’est important de corriger cela rapidement afin que la pression de son crayon et la tension musculaire ne la pénalise pas ou ne la fasse pas souffrir. Merci pour ce partage dans tous les cas.

    J'aime

    1. Merci pour votre commentaire ! Je rêve de suivre une formation avec Danièle Dumont. Concernant la photo de Luce en train d’écrire, il s’agit sans doute d’un effet de la prise de vue, car son bras et son poignet ne sont jamais en pont pour écrire😉 Ils touchent bien la table😉

      J'aime

  3. Merci pour cet article qui me fait découvrir cette méthode d’écriture que je ne connaissais pas. Mon fils est instruit en famille (niveau CP) et n’écrit pour le moment qu’en script majuscule mais lit en script maj/min. J’ai un peu de diificultés à lui faire « aimer » l’écriture cursive tant à l’écrit qu’à la lecture… Je me demande donc comment l’y amener en douceur sans qu’il ne se braque comme ça peut arriver… Il y a plusieurs livrets proposés par l’auteur et je me demande par lequel nous devrions commencer. Il tient bien son outil scripteur avec les doigts mais je vais observer ce qu’il en est du côté de son poignet et de son bras😉

    J'aime

  4. Bonjour, je vais répondre moi-même à Lilie La fée (Beau pseudo qui s’écrit intégralement en 1ère unité😉 Cette remarque pour celles/ceux qui connaissent déjà )
    Pour l’amener en douceur :
    – Le faire jouer au hockey, le palet glissant sur une piste étroite bordée de chaque côté de façon à éviter qu’il dévie. Suivre ensuite le processus décrit dans Le geste d’écriture 2016 (et évoqué ici http://legestedecriture.fr/avant-den-arriver-aux-boucles-sur-papier-histoire-dun-pari/)
    – Si nécessaire, pour réguler la tenue de ligne, la verticalité des axes et l’homogénéité des dimensions, lui faire faire des manipulations, ce que j’appelle la gestion statique de l’espace graphique (après chaque série de manipulations le mieux serait d’utiliser le cahier 2 de maternelle afin de garder une tracé écrite de sa progression et surtout de bien s’assurer que la compétence est acquise avant de passer à la suivante)
    – Si sa tenue du crayon est correcte il peut, en même temps que cela ou ensuite, utiliser le cahier Le Cirque et/ou le cahier Le loup. Comme ces cahiers sont conçus sur le principe de la différenciation, vous choisirez à chaque page les consignes adaptées à ses besoins.🙂

    J'aime

    1. Oh merci et quel bonheur de lire la réponse de l’auteure herself😉 Merci merci. Pour le hockey, ça va être compliqué car chez nous ça n’existe pas en sport collectif mais mon mari a justement fabriqué des crosses de hockey en bois ! On va donc tenter un jeu sur notre terrasse mais le sol n’est pas glissant…
      Pour ce qui est des manipulations dont vous parlez dans votre deuxième suggestion, est-ce que Anaïs montre en photo et vidéo avec la petite Lulu ? Je vais relire les articles du blog parlant de ce sujet😉 et par ailleurs, je vais nous procurer les cahier que vous proposez.

      Merci infiniment pour le temps que vous avez pris à répondre à mes questions qui je l’espère pourront servir à d’autres.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s